Europe

Ligue des Champions : Un Sporting ressuscité et mieux armé que jamais

Après avoir enfin renoué avec un succès national tant attendu, le Sporting s’apprête à faire son grand retour en Ligue des Champions après 4 ans d’absence. Le club de Lisbonne se frottera à un groupe difficile mais à sa portée au vu du potentiel de ses joueurs, de son collectif et des idées de son entraîneur. Zoom sur les Lions version 2021-2022.

La saison 2020-2021 ou la révélation d’un groupe

Dix-huit ans. Dix-huit ans que le Sporting n’avait plus été sacré champion du Portugal. Et il aura fallu le recrutement de l’entraîneur Ruben Amorim au printemps 2020 contre 10 millions d’euros pour voir les Lions revenir au premier plan du championnat national. L’ancien joueur de Benfica s’est mué en un technicien intelligent et en un meneur d’hommes hors-pair n’ayant pas peur de faire confiance à de jeunes joueurs. Et la saison dernière, les siens ont littéralement écrasé la concurrence. Avec un bilan de 85 points engrangés en 34 matchs, le Sporting a mené la Liga NOS 2020-2021 presque de bout en bout sans (presque) jamais craquer. Car ce qui a fait la force de cette équipe l’année dernière c’est d’abord sa régularité.

Les années passées, les bonnes performances du Sporting en championnat ont souvent été entachées par des périodes plus creuses où les Lions avaient plus de difficultés à remporter leurs matchs. Mais l’année dernière, il n’en a rien été grâce à un effectif complet plus motivé que jamais. Et à des supporters qui ont toujours soutenu leur club. S’il fallait retenir un match, ce serait peut-être celui face au Famalicão en décembre 2020. Après avoir mené presque toute la rencontre, le SCP est rattrapé au score à la 89ème minute après un carton rouge de Pedro Gonçalves, tandis qu’un but faisant débat leur a été refusé. Cette rencontre a été un tournant dans la saison des Lions dans la mesure où elle a soudé tout un groupe et l’a définitivement lié à ses supporters. Ce groupe de guerriers est ensuite allé chercher ses points, l’un après l’autre. Et peu importe les conditions. On se souvient notamment d’un match dans la boue (littéralement) face au Nacional, à Madère, où les hommes de Ruben Amorim s’étaient imposés par 2 buts à 0.

Au-delà de ces rencontres qui ont forgé le groupe sportinguista, c’est aussi et surtout dans les grands matchs que les Verts et Blancs se sont illustrés. Ils n’ont d’abord pas craquer face aux champions en titre du Portugal : le FC Porto. En championnat, les deux équipes se sont quittées à deux reprises sur un match nul (2-2 puis 0-0). En Coupe de la Ligue néanmoins, les Dragons ont dû s’incliner après un doublé du joker de luxe du Sporting, Jovane Cabral, qui a inscrit ses buts à la 86ème puis à la 90ème minute. Face à Benfica, le bilan est plus mitigé. Après les avoir aisément dominé par 1 but à 0 en février, le Sporting s’était incliné au terme d’un superbe match à la Luz (4-3), en mai. Et contre Braga ? Encore une fois, avantage au Sporting Portugal. Et de loin. Sur les 5 matchs toutes compétitions confondues qui ont opposé les deux Sporting en 2021, le SCP en a remporté 5. Vous l’aurez compris, le dernier champion du Portugal est prêt à affronter de grandes équipes. Y compris en Ligue des Champions.

Une équipe mêlant joueurs en forme…

La saison de haut-rang du Sporting doit beaucoup au caractère que son équipe a su montrer semaine après semaine. Cette hargne s’est surtout incarnée par un visage : celui de Sebastian Coates. Le capitaine uruguayen du SCP a, à 30 ans, réalisé une énorme saison. Il s’est surtout démarqué par des illustrations personnelles lors du temps additionnel de certaines rencontres pièges où il est parvenu à libérer les siens du sort (5 buts). Tant et si bien qu’on a presque été tenté de renommer ces minutes par l’expression du « Coates Time ».

De gauche à droite : Nuno Mendes, Pedro Porro et Tiago Tomas

Autres visages marquants de cette dernière saison au Sporting : Pedro Gonçalves et Palhinha. Deux joueurs d’ailleurs récompensés par une convocation avec le Portugal pour l’Euro. Si le premier s’est mué dès sa première saison à Lisbonne en un ailier/buteur fini, plein de flair et de sang-froid face au but (23 buts et meilleur buteur du championnat), le second a quant à lui su faire parler toute sa qualité au milieu de terrain. Celui qui a sûrement été le meilleur n°6 de la saison au Portugal s’est illustré comme un joueur dur mais précis à l’interception et surtout très facile techniquement balle au pied. On peut encore citer le piston droit Pedro Porro, néo-international espagnol qui a réalisé une saison de très haute volée au Portugal. Mais ce qui a aussi pu marquer dans le coaching de Ruben Amorim, c’est la place qu’il a décidé de laisser aux jeunes. Et ceux-ci lui ont bien rendu.

… et jeunesse !

La saison dernière, le Sporting de Ruben Amorim figurait parmi les plus jeunes effectifs du Portugal. Parmi ses titulaires réguliers, on a en particulier retrouvé trois joueurs de 19 ans ou moins parmi lesquels Tiago Tomas (2002), Nuno Mendes (2002) et Gonçalo Inacio (2001). Le premier, « TT », très polyvalent sur le front de l’attaque, a en particulier performé sur les ballons longs grâce à son excellence dans la prise de profondeur. Joueur costaud, il a aussi très bien su remplir un rôle de pivot sur certains matchs où le Sporting manquait cruellement d’un n°9 pour peser sur la défense et libérer des espaces aux ailiers.

Nuno Mendes était quant à lui le joueur le plus prisé de cet effectif. Piston gauche ayant tout juste fêté ses 19 ans en juin dernier, le néo-international portugais est un véritable bijou à son poste. Joueur très offensif avec de belles qualités dans la conduite de balle comme dans la conservation de celle-ci, il excelle tout particulièrement par sa qualité de passe. Dans le 3-4-3 de Ruben Amorim, il était précieux par son apport offensif et par la largeur de jeu qu’il offrait aux siens, comme se fût le cas dans son pendant à droite avec Pedro Porro. C’est à la fois un très bon centreur et un joueur qui sait parfaitement casser une voire deux lignes par une passe inspirée et jaugée vers l’avant.

Point noir pour le Sporting, sa pépite a finalement rejoint le PSG lors de la dernière journée du mercato. Heureusement, le club portugais avait parfaitement anticipé ce départ en recrutant en juillet l’international espoir portugais Ruben Vinagre. Un joli coup qui a déjà montré qu’il serait capable de grandes choses cette saison. Le défenseur central Gonçalo Inacio a pour sa part trouvé sa place dans le trio de derrière aux côtés de Feddal et Coates. Sa qualité de relance et son sérieux tant dans son positionnement que dans la gestion des espaces ont fait de lui un joueur important du système d’Amorim.

Au-delà de ces noms qu’on a pu voir presque tous les week-ends, il y a les très jeunes qu’on a plus rarement vus mais à qui l’entraîneur du Sporting a su faire confiance. C’est particulièrement le cas de Dario Essugo, devenu en mars dernier le plus jeune joueur à disputer une rencontre de championnat portugais à seulement 16 ans et 6 jours. Vous l’aurez compris, le Sporting dispose donc d’un effectif complet et d’un entraîneur apprécié, qui auront à cœur de bien représenter leurs couleurs sur cette nouvelle saison.

Un effectif complet, un entraîneur qui sait le mettre en valeur… trop parfait pour être vrai ? Peut-être. S’il fallait souligner un défaut dans cette équipe à l’approche des échéances européennes, il s’agirait de son manque d’expérience. Si Sebastian Coates, Antonio Adan ou encore Paulinho sont coutumiers de l’Europa League, aucun joueur du Sporting n’a l’habitude de participer à la C1. Aucun, ou presque. Car avec le prêt de Pablo Sarabia qui s’est effectué dans le cadre du dossier Nuno Mendes, le SCP a d’une part enregistré l’arrivée d’un élément qui brillera à coup sûr au Portugal et d’autre part réduit le manque d’expérience de son groupe. L’arrivée de l’international espagnol est aussi précieuse par la polyvalence qu’il saura apporter au secteur offensif des Lions. Néanmoins, le manque d’expérience global de l’équipe et surtout de ses cadres pourrait faire défaut au club lisboète qui affrontera trois clubs habitués aux grands rendez-vous européens.

Le potentiel 11 du Sporting en Ligue des Champions

Le joueur à suivre

La facilité se serait retrouvée par le choix de Pedro Gonçalves, meilleur buteur du championnat portugais l’an passé et véritable tueur du Sporting en attaque. Elle aurait aussi pu être celle de choisir João Palhinha, international portugais et sans doute meilleur joueur du championnat dans son rôle de milieu défensif. Mais le choix se portera finalement sur Matheus Nunes. Le milieu de terrain du Sporting dispose déjà d’une belle réputation au Portugal mais reste méconnu du grand public européen. A tout juste 23 ans, le milieu de terrain est déjà courtisé aussi bien par la sélection brésilienne que par la sélection portugaise, qui semblent se battre par le biais de leurs sélectionneurs pour s’arracher ses services.

Joueur costaud d’1m84 pour 75kg, Matheus Nunes brille dans l’entrejeu, essentiellement pour sa qualité de projection. C’est un joueur qui monte haut sur le terrain balle au pied, capable de créer des différences par sa qualité technique et son sens du jeu qui lui permet de facilement trouver des solutions. Le luso-brésilien se caractérise aussi par une très grosse puissance de frappe et sa capacité à remporter des duels aussi bien aériens qu’au sol. Ce qui marque avec ce joueur, c’est la façon très subtile avec laquelle il lie puissance physique et créativité dans le jeu. En plus de cela, il montre beaucoup d’abattage sur le terrain aussi bien en phase sans qu’avec ballon.

Matheus Nunes face à la B-SAD en avril dernier

Quelles attentes en Ligue des Champions ?

Tirés dans la poule C aux côtés du Borussia Dortmund, de l’Ajax et du Besiktas, les Lions ont sûrement hérité du groupe le plus homogène de cette édition. Chaque équipe aura ses chances de briller dans ce groupe qui plaira certainement aux amateurs de football-sensation. Concernant le club portugais, il a clairement les armes pour aller chercher une deuxième place dans ce groupe. D’autant plus que l’effectif s’est très bien renforcé cet été avec les arrivées de Ruben Vinagre, Manuel Ugarte, Ricardo Esgaio et surtout celle de Pablo Sarabia.

Malgré leur manque d’expérience en Ligue des Champions, les Portugais devraient tout de même faire bonne figure dans cette échéance européenne et prouver toute la qualité de leur effectif à un continent qui n’a pas encore pu en juger. Si le Borussia Dortmund semble favori incontesté pour une première place, l’Ajax et Besiktas semblent d’un niveau sensiblement équivalent (voire inférieur pour le club turc) à celui du club lisboète. Une deuxième place n’est ainsi pas hors de portée. Mais difficile d’être trop exigeant pour un club qui n’a plus entendu l’hymne de la C1 dans son stade depuis près de quatre ans. Plus d’éclaircies dans les prochaines semaines !

Crédits Photos : IMAGO

Ligue des Champions : Un Sporting ressuscité et mieux armé que jamais
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut