11 de Galatasaray en finale de la Coupe UEFA 2000
Europe

Galatasaray version an 2000 – une saison pour l’histoire

“Par le passé, les joueurs turcs regardaient les finales à la télévision. Désormais, ils ont l’occasion d’y jouer le rôle principal.” Fatih Terim, l’entraîneur du Galatasaray SK, était convaincu de l’importance du succès de son équipe à la Coupe UEFA 1999/2000. Il existe des journées plus spéciales que d’autres dans la vie d’un club. Le 17 mai 2000 est sans aucun doute l’un des jours les plus spéciaux de l’histoire de Galatasaray. Tombeur de l’Arsenal de Thierry Henry et Patrick Vieira, le club stambouliote remporte ce jour-là la première coupe d’Europe de son histoire mais aussi du football turc. Guidés par le charismatique Gheorghe Hagi, les hommes de Fatih Terim atteignent le toit de l’Europe. Retour sur une saison historique.

“Par le passé, les joueurs turcs regardaient les finales à la télévision. Désormais, ils ont l’occasion d’y jouer le rôle principal.”

Fatih Terim

Effectif et style de jeu

Même si personne ne s’attend à ce que Galatasaray remporte deux trophées européens cette saison, il faut bien reconnaître que l’effectif des stambouliotes a fière allure. Le groupe est encadré par de nombreux joueurs expérimentés comme le gardien brésilien Claudio Taffarel (34 ans à l’époque), le défenseur turc Bülent Korkmaz (32 ans) ou encore Gheorghe Hagi (35 ans) qui disputait son avant dernière saison en tant que footballeur professionnel. En plus de ça, quelques jeunes joueurs plein de promesses viennent éclabousser l’équipe de leur talent. On pense notamment à Emre Belözoglu (20 ans), transféré à l’Inter Milan quelques temps après.

Adepte des attaques rapides, Galatasaray construit ses offensives autour des trois axes principaux. Hakan Sükür, redoutable finisseur et grand de taille, sert souvent de point d’appui sur les longs ballons. Très à l’aise techniquement, il est capable d’effectuer de belles remises ou de protéger le ballon. Il est aussi particulièrement efficace sur les centres dans la surface, sa qualité principale étant son jeu de tête. La seconde arme principale des Lions du Bosphore se nomme Arif Erdem. Le milieu offensif turc, souvent positionné sur le front gauche de l’attaque, met en difficulté les défenses par ses appels en profondeur, son excellente technique balle au pied et sa lourde frappe de balle. Il est aussi bien capable d’appeler le ballon pour aller marquer seul que de délivrer un centre millimétré pour son attaquant. Enfin, il est impossible de clore cette partie sans évoquer Hagi. Le Roumain, en fin de carrière, n’a absolument rien perdu de sa technique et de sa vista. Excellent dribbleur, frappeur, passeur, sa palette technique est tout simplement exceptionnelle et a beaucoup servi dans le parcours européen de Galatasaray. Les Turcs disent de lui qu’il est gaucher mais que même son pied droit mériterait un livre entier à lui tout seul.

Côté défense, Galatasaray peut s’appuyer sur de vaillants guerriers, Popescu, l’ancien du Barça, accompagne Korkmaz en défense centrale. Son excellente lecture du jeu est complémentaire avec le côté un peu plus interventionniste et rugueux du turc. Le Brésilien Carlos Alberto de Oliveira, dit Capone, occupe le flanc droit. La défense à quatre est complétée soit par Ergün Penbe, soit Hakan Ünsal, selon les préférences de Terim.

Le Maradona des Carpates, Gheorghe Hagi.

Galatasaray en championnat

Après avoir terminé la saison 1998/99 à la première place, Galatasaray est plus que jamais le dominateur du football turc. Pour cette saison 99/00, les hommes de Fatih Terim, qualifiés en Ligue des Champions, ont pour objectif de briller en Europe et de maintenir leur statut de champion en distançant la principale menace de l’époque : Besiktas. Après avoir commencé la saison sur une défaite (1-2 face à Gaziantepspor), les Sang et Or retrouvent une place de leader dès la cinquième journée de championnat. Ils la garderont jusqu’à la fin de la saison.

Meilleur buteur du championnat lors de la saison passée avec 19 réalisations, Hakan Sükür parvient une nouvelle fois à être meilleur buteur du club (mais pas du championnat cette fois) sur la saison 1999/00 avec 14 buts.

L’épopée européenne

Tombé dans le groupe du Milan AC, de Chelsea et du Hertha Berlin en Ligue des Champions, Galatasaray avait fort à faire pour espérer une qualification au tour suivant. Avec 2 victoires et 1 nul en 6 rencontres, ils arrivent à accrocher la 3e place du groupe, synonyme de reversement en Coupe de l’UEFA (aujourd’hui Europa League). Cette troisième place se doit particulièrement à un but à la 89e minute d’Ümit Davala lors du dernier match face au Milan, faisant passer Galatasaray devant son adversaire au classement en remportant la rencontre 3-2.

Classement Groupe H – Ligue des Champions 1999/00

  1. Chelsea – 11 pts
  2. Hertha berlin – 8 pts
  3. Galatasaray – 7 pts
  4. AC Milan – 6 pts

Malgré l’élimination en Ligue des Champions, le dernier succès contre Milan donne pourtant le coup d’envoi d’une série de victoires pour le club d’Istanbul, qui élimine tour à tour le Bologna FC, le Borussia Dortmund, le RCD Mallorca et Leeds United pour accéder à la finale. Après avoir défait le grand Arsenal aux tirs au buts (voir le zoom sur la finale), Galatasaray gagne le droit d’affronter le Real Madrid à l’occasion de la Super Coupe d’Europe. Là encore, les Lions parviennent à s’imposer (1-2). La nouvelle recrue brésilienne Mario Jardel, arrivée du FC Porto pour dix-sept millions d’euros, marque le but en or qui offre le trophée à son équipe. A noter également que Fatih Terim n’était plus l’entraîneur de Galatasaray lors de cette finale de Supercoupe puisqu’il avait rejoint les rangs de la Fiorentina, en Italie. C’est l’entraîneur roumain Mircea Lucescu, son successeur, qui mène l’équipe à la victoire lors de ce match. Une histoire d’amour roumano-stambouliote qui va donc au-delà des joueurs.

Zoom sur la finale

Galatasaray et Arsenal avant le coup d’envoi de la finale de la Coupe UEFA 1999/00 à Copenhague

La 29e finale de la Coupe UEFA a lieu le 17 mai 2000 au Parken Stadium de Copenhague, au Danemark. Galatasaray doit maintenant affronter un autre géant d’Europe, après avoir éliminé le champion d’Europe 1997 durant son parcours (Borussia Dortmund). L’adversaire se nomme Arsenal, qui impressionnant de facilité lors de son parcours européen. L’effectif est tout aussi impressionnant avec des stars internationales comme Bergkamp, Overmars, Vieira ou Henry qu’on ne présente plus. La mobilisation est totale en Turquie, tout le pays est derrière Galatasaray, mettant de côté les fortes rivalités historiques. Des écrans géants sont installés un peu partout dans le pays pour permettre à tout le monde de suivre la rencontre. Cet événement inédit dans l’histoire du football turc est malheureusement terni par les affrontements qui ont eu lieu dans les rues de Copenhague avant le match, entre supporters des deux équipes.

Les 22 titulaires de la finale

Côté football, pas de grosse surprise dans le 11 concocté par Fatih Terim. Le 4-4-2 à plat affiché plus haut s’apparente plus à un 4-4-2 en losange dans le jeu, avec Hagi en pointe haute et Suat Kaya en pointe basse. La défense titulaire est présente avec notamment Capone sur la droite, qui a marqué un but très important en demi-finale aller contre Leeds. On retrouve le quatuor habituel au milieu. Il manque peut-être Emre, régulièrement titulaire au cours de la saison. Enfin, Arif Erdem accompagne Hakan Sükür en attaque.

Le match est très disputé, avec de grosses occasions des deux côtés. Les Turcs frappent même le poteau en première mi-temps grâce à Sükür. Arsenal se montre aussi dangereux mais Galatasaray fait de meilleures 90 minutes. Le temps réglementaire se termine sur un score nul et vierge, on assiste donc à deux périodes de prolongations. Coup dur pour les Stambouliotes dès l’entame de celles-ci, Hagi est expulsé pour une violente altercation avec Adams (qui s’en sort lui avec un carton jaune). Ils arrivent néanmoins à tenir le score durant toute la prolongation et le match doit se poursuivre avec une séance de tirs au but. Ergün Penbe marque le premier penalty de Galatasaray mais Davor Suker manque le sien côté Arsenal. Patrick Vieira trouve la barre transversale et les Stambouliotes remportent finalement la séance 4 buts à 1.

Cette grande performance marque la première fois où une équipe turque parvient à rapatrier des trophées européens à la maison. Galatasaray, grâce à ce succès, permet l’ouverture d’une nouvelle étape pour les clubs turcs qui se contentaient jusque là d’objectifs nationaux et locaux. Ils peuvent désormais se mettre à rêver à de choses plus grandes et à plus d’ouverture sur l’Europe. Cette victoire européenne permet également une mise en lumière du football turc dans son ensemble, mais aussi et surtout du club de Galatasaray, qui commence dès lors à devenir la référence nationale en termes de football européen.

Crédits Photos : Getty Images

Galatasaray version an 2000 – une saison pour l’histoire
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut