Europe

A la découverte de Pablo Rosario, potentielle future recrue de l’OGC Nice

Après Calvin Stengs et Justin Kluivert, Nice pourrait boucler le transfert de son troisième joueur néerlandais, comme l’a évoquéé Nice-Matin. Pablo Rosario, joueur du PSV, rejoindrait un jeune effectif, où il devrait apporter son expérience. Du haut de ses 24 ans, le milieu défensif, qui peut aussi évoluer en tant que défenseur central, devrait tenter sa première expérience à l’étranger. Partez à la découverte de la potentielle recrue niçoise. 

Parcours chez les jeunes 

Pablo Paulino Rosario, de son nom complet, a rejoint le centre de formation de Feyenoord en 2008, avant de le quitter seulement quelques mois plus tard. Alors âgé de 12 ans, il quitte le monde élite pour rejoindre le club amateur de l’AFC DWS. Trop fort pour le football amateur, il est courtisé par l’Ajax et le PSV. C’est finalement l’Ajax qu’il choisira pour continuer sa formation. Après être resté seulement quelques mois dans ses deux derniers clubs, c’est là-bas, à Amsterdam, que Rosario trouve enfin un peu de stabilité.  

À l’âge de 16 ans, une blessure à l’aine l’éloigne des terrains pendant plus de trois mois. Rosario a alors beaucoup de mal à retrouver son niveau. Pour le bien de sa carrière, l’Ajax le pousse à rejoindre Almere City, club partenaire des Ajacides.  

Ses débuts pros

Il effectue ses débuts professionnels un an seulement après son arrivée à Almere City, le 7 août 2015 contre le VVV Venlo. Sur la saison 2015-2016, il comptabilise 34 apparitions, pour 3 buts. A l’été 2016, il décide de quitter Almere pour rejoindre le PSV, club qu’il avait recalé pour rejoindre l’Ajax quelques années plus tôt. Le transfert s’effectue contre la modique somme de 165 000 euros.  

Sa première année, il la joue avec les Jong PSV qui sont, tout comme son ancien club, en deuxième division. Il faut attendre l’été 2017 pour le voir effectuer ses débuts avec l’équipe première, sous les ordres de Philippe Cocu. Par la suite, Rosario franchit les étapes avant de devenir un titulaire en puissance sous Van Bommel lors de la saison 2018/19. Il pourrait donc la ville d’Eindhoven pour Nice en n’ayant remporté qu’un seul titre mais pas des moindres avec les Néerlandais : l’Eredivisie en 2018.  

Le joueur ne compte qu’une seule sélection à son actif pour la sélection néerlandaise. Sous le charme suite à son excellent début de saison, Ronald Koeman, sélectionneur de l’époque, décide de le sélectionner en octobre 2018. Il ne joue finalement que 45 minutes en remplaçant De Ligt à la mi-temps du match contre la Belgique.  

Le talent pour briller à Nice ?  

Pablo Rosario est un pur milieu défensif, pouvant néanmoins dépanner en défense centrale. Du haut de son mètre quatre-vingt-huit, il est capable de mettre un gros impact physique au milieu. Son manque de vitesse peut parfois lui être préjudiciable (surtout lorsqu’il évolue en tant que défenseur central), mais il sait le compenser avec son sens du placement.  

Dans un style plus offensif, il a deux très bons pieds. Souvent bon dans les transmissions et dans l’orientation du jeu, il a cependant encore un peu de déchet dans son jeu long. Malgré ses 5 buts en 4 saisons sous le maillot du PSV, il peut apporter du danger depuis la deuxième ligne grâce à sa grosse frappe de balle.  

Rosario fait partie de ce genre de joueurs qui sont fiables pour un entraineur. En 4 saisons au PSV, il n’a été suspendu qu’à une seule reprise et c’était pour une accumulation de cartes jaunes, ce qui est rare pour un joueur évoluant à son poste. En plus de la propreté de son jeu, le Néerlandais n’est que très rarement blessé. Il n’a connu que deux blessures musculaires, qui l’ont éloigné des terrains deux semaines à chaque reprise.  

Arrivé très tôt en équipe première et vu comme doté d’un très grand talent, Rosario stagne néanmoins depuis près d’un an. À voir s’il arrivera à trouver un second souffle dans l’OGC Nice de Christophe Galtier. Ses qualités physiques ne sont en tout cas pas passées inaperçues auprès de l’entraineur français. Son expérience, notamment européenne, est également un élément important aux yeux de Galtier, lui qui dispose d’une équipe très jeune.

Que faudrait-il attendre de lui ? 

S’il stagne depuis un an, Rosario a su prendre les devants en changeant d’air. Changement qui ne pourra qu’être bénéfique pour le joueur. Un avantage de poids est qu’il évoluait dans un double pivot au PSV dans un système de 4-2-2-2. Système qui a beaucoup de similitudes avec le 4-4-2 si cher à Christophe Galtier. Il n’aurait donc pas besoin de beaucoup de temps d’adaptation d’un point de vue purement tactique. Son adaptation sera également facilitée avec les arrivées de Stengs et Kluivert, deux autres néerlandais. Est-ce que ce sera suffisant pour s’imposer dans le 11 de base ? Réponse dans les prochains mois, on l’espère.

Crédits Photo : IMAGO

A la découverte de Pablo Rosario, potentielle future recrue de l’OGC Nice
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut