L'Ajax et son maillot si particulier font partie intégrante de l'histoire de la Ligue des Champions
Europe

Ligue des Champions : stabilité comme maître-mot pour l’Ajax

Après deux ans sans parvenir à passer les phases de poule de la Ligue des Champions, l’Ajax aura à cœur de prendre sa revanche. Dans un groupe à leur portée, les Ajacides se doivent de viser une qualification en huitième de finale. Leur match d’ouverture à Lisbonne ce mercredi s’annonce déjà primordial pour atteindre le prochain tour. Rapide retour sur les forces en présence des hommes d’Erik ten Hag.  

Au-dessus en Eredivisie 

Si les résultats européens ont été légèrement en-deçà des espérances ces deux dernières années, en championnat, la donne est différente. Les Ajacides sont les tenants du titre d’Eredivisie pour la deuxième année consécutive. Ils ont terminé le championnat avec 16 points d’avance sur leur dauphin, le PSV. Un titre de champion qui offre à l’Ajax un accès direct pour la phase finale de la Ligue des Champions.  

En ce début de saison, les résultats sont mitigés. Capable du meilleur comme du pire, l’équipe n’arrive pas à être régulière. Les joueurs ont commencé la saison par une défaite 0-4 contre le PSV lors de la Johan Cruijff Schaal, autrement dit la Supercoupe des Pays-Bas. Dans leur stade, les hommes d’Erik ten Hag ont été totalement dominés par une équipe du PSV convaincante. En championnat, l’Ajax occupe à l’heure actuelle la deuxième place du classement avec un total de 7 points sur 9.  

Revue d’effectif 

Depuis plusieurs années, la stabilité est de mise à Amsterdam. Ten Hag peut compter sur une formule qui fait ses preuves depuis des années. Les joueurs expérimentés sont là pour accompagner les très nombreux jeunes de cet effectif. Blind, Klaassen, Tadic et Haller ; tous des joueurs ayant déjà fait leurs preuves dans des plus grands championnats et qui sont maintenant des mentors pour la jeunesse ajacide.  

Au niveau de l’effectif, peu de choses ont changé par rapport à la saison dernière. Erik ten Hag doit être ravi de la stabilité trouvée au sein de son effectif. Au niveau des arrivés, le transfert de Steven Berghuis a fait parler. L’ancien joueur de Feyenoord, le rival, est arrivé dans le courant du mois de juillet pour une somme avoisinant les 5,5 millions d’euros. Le joueur va rentrer directement en concurrence avec Antony, un profil différent. La seconde recrue phare de ce mercato est le Danois Mohamed Daramy. Annoncé avec insistance du côté du Club de Bruges, c’est finalement la formation néerlandaise qui est parvenue à mettre le grappin sur le joueur. Très gros talent capable de jouer à toutes les positions de l’attaque, Daramy a décidé de franchir un palier et de rejoindre les Pays-Bas après trois années sous le maillot de Copenhague.  

Dusan Tadic et Erik ten Hag, deux hommes au cœur de la réussite de l’Ajax

Jay Gorter, un gardien de 21 ans, a également rejoint le club en provenance de Go Ahead Eagles pour un million. La quatrième et dernière recrue est aussi un gardien, Remko Pasveer. Le vétéran de 37 ans a signé libre après être arrivé en fin de contrat du côté de Vitesse.  

Du côté des transferts sortants, le club a misé sur la stabilité. Pas dans l’obligation de vendre pour assainir les finances, aucun titulaire notoire n’a quitté le navire. Razvan Marin et Lassina Traoré sont tous les deux partis pour 10 millions, respectivement à Cagliari et au Shakhtar Donetsk. Noa Lang a lui aussi mis les voiles vers le Club de Bruges. Après une saison en prêt plus que convaincante, les dirigeants brugeois ont levé l’option d’achat de 6 millions.  

Kjell Scherpen (Brighton & Hove Albion), Jurgen Ekkelenkamp (BSC Hertha) et Carel Eiting (Genk) ont tous les trois également quitté le club. Lisandro Maggalan a, quant à lui, rejoint Anderlecht en prêt avec une option d’achat. Enfin le dernier départ, et pas n’importe lequel, est celui de Brian Brobbey. Le jeune attaquant de 19 ans, formé au Toekomst depuis ses 9 ans, a décidé de quitter l’Ajax libre pour Leipzig. Un sacré coup dur pour le club qui plaçait de grands espoirs sur le Néerlandais.  

Les cas épineux de Neres et Onana n’ont par contre pas été résolu. L’ailier brésilien était sur le départ, annoncé à un moment du côté de Lyon puis de Leicester en fin de mercato, Neres n’a finalement pas trouvé de nouveau club. Déjà en manque de temps de jeu la saison passée, les arrivées de Daramy et de Berghuis ne vont rien arranger. Le temps risque d’être long pour lui jusqu’au prochain mercato.  

Onana n’est quant à lui pas non plus parti. Le joueur a refusé une nouvelle proposition de prolongation de contrat et va vraisemblablement quitter le club libre en juin. L’Inter est très intéressé par le joueur pour remplacer Handanovic, qui est en fin de contrat en juin prochain.  

Le potentiel 11 type de l’Ajax en Ligue des Champions

Le joueur à suivre 

Âgé seulement de 19 ans, Daramy va découvrir sa première expérience à l’étranger. Le joueur originaire du Sierra Leone est arrivé à Copenhague à l’âge de 14 ans. Pourtant, c’est bien chez le rival historique du club, Brondby IF, qu’il devait signer. C’est finalement après un coup de téléphone du responsable des talents à Copenhague, Anders Lange, que Daramy choisit de rejoindre la capitale danoise. Choix d’autant plus dur que sa maman est une fan de Copenhague, tandis que son papa est lui supporter de Brondby.  

Dès son arrivée au club, il impressionne. Très vite surclassé, il joue avec les u17 à seulement 15 ans, où il finit d’ailleurs meilleur buteur de son équipe. Le 27 septembre 2018, soit seulement un an plus tard, il joue son premier match professionnel et marque pour ses débuts. Avec ce but, il devient le plus jeune buteur de l’histoire du club, à 16 ans et 287 jours.  

Joueur extrêmement rapide, le Danois peut jouer sur les ailes comme à la pointe de l’attaque. C’est cependant à la droite de l’attaque qu’il semble le plus à l’aise. Cette position lui permet de se retrouver à de multiples reprises par match en situation de 1vs1 avec son opposant. Situation où il excelle de par ses qualités de dribble et sa capacité d’accélération sur les premiers mètres. Son principal axe d’amélioration reste son dernier geste. Il est parfois victime de quelques problèmes à la finition.  

Le virevoltant Mohammed Daramy, déjà international danois

Après trois ans en équipe première, il était temps pour lui de trouver un nouveau défi à sa hauteur.  Courtisé depuis très jeune, en particulier par Leipzig, c’est finalement à l’Ajax qu’il a décidé de signer. Pourtant, l’AC Milan et le Club de Bruges étaient fortement intéressés durant ce mercato estival. Les Belges, voulant frapper un gros coup, avaient offert plus de 12 millions aux Danois dans les dernières semaines du mercato. Le joueur a finalement choisi de poser ses valises à l’Ajax avec qui il pourra disputer la Ligue des Champions. Il est ainsi devenu le transfert entrant le plus cher du mercato en Eredivisie. 

Un groupe abordable

Pour leur quatrième participation consécutive en Champions League, l’Ajax a été versé dans le groupe C. Les Ajacides affronteront le Sporting Portugal, Dortmund et le Besiktas. Un groupe qui semble très ouvert et à la portée des Néerlandais. Si Dortmund fait office de favori de la poule, comme l’a affirmé Erik ten Hag, le niveau des trois autres équipes semble assez homogène. 

“Tout d’abord, ce n’est pas impossible dans ce groupe. Mais nous devons faire six très bons matches. Parce que c’est un groupe très fort, avec Dortmund comme favori, je pense. La Bundesliga est une compétition très forte et Dortmund est un adversaire très excitant avec beaucoup de rythme et de capacités techniques en attaque.” 

Erik ten Hag

Il est compliqué d’évaluer le niveau de l’Ajax à côté de ses adversaires, car ces équipes ne se sont que très peu affrontées ces dernières années. La dernière double confrontation entre l’Ajax et les Allemands remontent à 2012. Là où le Borussia Dortmund s’était imposé à deux reprises. Les Néerlandais n’ont en revanche affronté qu’à une seule reprise les Portugais. C’était en 2015 lors d‘un match amical se soldant par un nul. Enfin, l’Ajax et le Besiktas ne se sont encore jamais affrontés.  

Lors des deux dernières éditions de la Ligue des Champions, l’Ajax n’est pas parvenu à se qualifier pour les huitièmes de finale de la compétition. Nul doute que l’objectif du club sera ici d’y parvenir et pourquoi pas, viser une aussi belle épopée qu’en 2018… 

Crédits Photos : IMAGO

Ligue des Champions : stabilité comme maître-mot pour l’Ajax
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut