Belgique

Ligue des Champions : Aux grands maux les grands moyens pour le Club de Bruges

Mercredi, toute l’Europe aura les yeux rivés sur le Jan Breydel Stadion, l’antre du Club de Bruges, pour la réception du PSG et de ses stars. Si l’attention sera forcément braquée sur les Parisiens, que peut-on attendre des Brugeois lors de ce match et plus globalement pour la phase de poule ? Derniers Défenseurs prend la température de l’underdog du groupe A.

S’il y a bien une équipe belge déterminée à faire quelque chose en Europe, c’est le Club de Bruges. Avec les grandes ambitions qui sont celles de Blauw en Zwart, l’élimination sans gloire des oeuvres du Dynamo Kyiv en seizième de finale de l’Europa League la saison passée fait encore très mal. Privée d’une partie du noyau et du staff à cause du coronavirus, l’équipe avait malgré tout fini la saison en étant sacrée championne de Belgique (et donc directement qualifiée pour la Ligue des Champions) mais en trainant la patte dans le sprint final. C’est pour ne plus connaître ce genre de mésaventure que le Club s’est lâché sur le marché des transferts en s’offrant un mercato XXL à 45 millions d’euros, bien au-dessus des normes belges.

Quelle place pour les nouveaux ?

Seul cadre à cocher dans la case des départs, Odilon Kossounou (vendu 23 millions à Leverkussen après sa première saison complète) a été intelligemment remplacé avec les arrivées de Jack Hendry pour 4 millions en provenance d’Ostende et du Nicois Nsoki pour 6,5 millions. Pourtant, l’axe défensif reste loin d’être le seul secteur à avoir été renforcé : les backs ont été dédoublés avec le prêt du jeune Tibo Persyn (Inter Milan) et le transfert du Rennais Faitout Maouassa pour 4 millions. Concernant ce dernier, les avis sont unanimes pour dire que Bruges a fait une affaire en ne devant débourser qu’une si faible somme (sa valeur marchande sur Transfermarkt renseigne en effet…le triple).

Lors de ce mercato, le départ d’un titulaire n’est pas une condition pour se faire plaisir : le Club a les moyens et ne s’interdit pas de miser sur des joueurs à haut potentiel. C’est dans cette logique qu’il faut interpréter les 9 millions sortis pour Kamal Sowah (un ailier ghanéen de 21 ans qui avait montré toute son intelligence tactique en étant prêté par Leicester à Louvain), les 5 millions déboursés pour Tajon Buchanan (un ailier droit de 22 ans venu de New England Revolution, en MLS), les 4 millions pour Owen Otasowie (un milieu défensif de 20 ans venu de Wolverhampton) ou encore les 3 millions dépensés pour Antonio Nusa, un ailier d’à peine 16 ans débarqué de Stabæk, en Norvège.

Kamal Sowah (sous les couleurs de Louvain) en duel avec un de ses nouveaux coéquipiers : Charles De Ketelaere

Le retour de deux anciens brugeois bien connus du marquoir du Jan Breydel Stadion illustre également un gros coup des dirigeants. Wesley (38 buts sous le maillot brugeois entre 2016 et 2019) et Izquierdo (38 buts, lui aussi lors de cette période) reviennent sans avoir couté le moindre centime. Le premier cité débarque en prêt d’Aston Villa et le second cherchait un club depuis que son contrat à Brighton ait expiré. Deux joueurs qui ont échoué en Angleterre mais dont le Club connaît les qualités, même si leur état physique suscite encore des questions. Ils viennent concurrencer un compartiment offensif déjà bien fourni. En fait, le Club sort de ce mercato en pouvant aligner deux équipes compétitives.

Un onze modulable

Un mercato de rêve pour satisfaire les grandes ambitions des dirigeants brugeois : de quoi nourrir des ambitions pour cette nouvelle édition de la Ligue des Champions. Enfin, tout cela, c’était avant le 26 août, avant que les mains innocentes de Branislav Ivanovic ne désignent le PSG, Manchester City et Leipzig comme adversaires dans ce groupe A.

Avec une telle opposition, il faudra serrer les dents et exploiter à fond chaque opportunité. Au niveau du onze de base, cela pourrait inspirer au coach Philippe Clément une occupation de terrain à trois derrière. Dans un tel système, un profil comme celui de Clinton Mata est particulièrement intéressant. L’ancien joueur de Genk peut en effet faire parler sa vitesse et son coffre pour faire tout le flanc. Néanmoins, il s’est montré très bon dans le trio arrière, ce qui pourrait faire de la place pour le prometteur Tibo Persyn. L’autre piston fera l’objet d’un duel entre Maouassa, fraichement arrivé, et Sobol, qui soulevait des doutes à son arrivée il y a un an mais s’affirme de plus en plus.

Dans l’entrejeu, Rits et Balanta se tireront une nouvelle fois la bourre pour une place de sentinelle au côté des tauliers Vormer et Vanaken (auréolé de belles prestations avec les Diables Rouges). Devant, le coach a le choix des profils : Bas Dost a pour lui une sérieuse carte de visite et une belle présence dans le rectangle adverse mais fait de plus en plus souvent banquette au profit de joueurs plus fins comme Noa Lang ou Charles De Ketelaere. Et cela, c’était avant l’arrivée d’un Kamal Sowah qui a prouvé dès sa première titularisation qu’il faudra compter sur lui. Le buteur néerlandais pourrait donc être sacrifié pour des profils plus vifs et susceptibles de partir en contre.

Le joueur à suivre : Noa Lang

Difficile de trancher entre un Charles de Ketelaere qui, à 20 ans seulement, fait déjà preuve d’une belle régularité dans son jeu de combinaison et un Noa Lang capable de tout techniquement. Mais c’est bien le Néerlandais de 22 ans qui risque de sauter le plus aux yeux de ceux qui ne suivent pas la Jupiler Pro League, par la spectacularité de ses dribbles et son culot.

Formé à l’Ajax, l’ailier de poche prêté à Bruges l’a été pour être le protégé de la concurrence ajacide et lui apprendre à se canaliser mentalement. Malgré quelques excès, Lang casse les reins des défenses belges, se montrant capable de débloquer une situation à lui tout seul. Si bien que le Club s’est empressé de lever l’option d’achat de 6 millions, une bouchée de pain au vu du talent du bonhomme. Malgré l’intérêt de Leeds, Lang est resté à Bruges en cochant la Ligue des Champions tout en haut de ses ambitions pour cette nouvelle saison.

Crédits photos : IMAGO

Ligue des Champions : Aux grands maux les grands moyens pour le Club de Bruges
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En haut