Europe

Europa League : Braga attendu au tournant

Depuis quelques saisons maintenant, le SC Braga s’est mué en un élément sur lequel il faut compter en Europa League. Saison après saison, les Arsenalistas y font leurs preuves y compris face aux plus belles écuries de la compétition. Et pour cause, le club portugais est plus globalement dans une constante évolution depuis le début des années 2000. A l’échelle nationale comme continentale. Présentation des armes dont disposera Carlos Carvalhal en Europa League.

Une place parmi les “Grands” du Portugal

Au Portugal, on parle de moins en moins des “3 grands” mais de plus en plus des “4 grands”. Après un travail de longue haleine en particulier de son président Antonio Salvador, le SC Braga s’est désormais fait une place au milieu du Sporting, de Porto et du Benfica en championnat. Et bien qu’ils n’aient toujours pas remporté de titre en Primeira Liga, les Guerreiros se mêlent désormais à la course au titre en championnat mais aussi et surtout en Coupe de la Ligue et en Coupe du Portugal. Et pour cause, les Bracarenses ont remporté deux de chacune de ces compétitions depuis 2013.

Mais là où Braga réussit de plus en plus à exister, c’est aussi dans les compétitions européennes et surtout en Europa League. La qualification pour les phases de groupes de cette compétition est presque devenue une formalité pour le club. Aujourd’hui, le SCB s’apparente à un élément expérimenté et souvent craint lors de ces échéances. Mais à l’approche de cette nouvelle édition, comment se porte son équipe ?

Le séduisant Carvalhal et ses hommes de main

Il y a un an, le travail de Carlos Carvalhal avec Rio Ave était récompensé par un recrutement comme entraîneur principal au SC Braga. Et son apport au club y est déjà remarquable. Fort de son 3-4-3 caractéristique, Carvalhal a fait émerger de nombreuses individualités de son groupe tout en s’appuyant sur des éléments déjà fondamentaux dans ce collectif. La saison dernière, le club portugais s’était longtemps battu pour une troisième voire une deuxième place en championnat avant de totalement décrocher sur la seconde partie de la saison. La faute, entre autres, à une série de blessures et de départs qui ont fait défaut au collectif.

Carlos Carvalhal lors de sa présentation comme nouvel entraîneur de Braga en juillet 2020

On peut par exemple citer la grosse blessure du très prometteur défenseur central David Carmo. Touché gravement à la cheville en février dernier, il ne devrait pas être de retour avant le mois d’octobre. Son absence a largement fragilisé le secteur défensif bracarense, qui ne pouvait (presque) plus compter que sur un Vitor Tormena qui s’est malgré tout montré vaillant dans la couverture des derniers mètres de son équipe. Autre absence marquante en deuxième partie de saison, celle de Paulinho. L’ancien serial-buteur de Braga a été transféré au mercato hivernal au Sporting contre 16 millions d’euros. Un départ qui a pesé lourd sur les performances du club du Minho, surtout au vu des performances d’Andraz Sporar dans les premières semaines qui ont suivi ce transfert. Il a fallu attendre un retour en forme triomphant d’Abel Ruiz pour que Braga sorte la tête de l’eau offensivement.

A côté de tout cela, il y a aussi eu du bon. Beaucoup de bon. Des joueurs qui sous les ordres de Carlos Carvalhal ont réussi à passer un cap. L’exemple le plus criant est celui d’Al Musrati. Arrivé libre l’été dernier, le milieu défensif libyen a réalisé une saison exceptionnelle au Portugal. Alternant une grande aisance à la récupération et un jeu long inspiré et formidablement bien exécuté, le joueur a attiré le regard de nombreux clubs sur ce mercato. Et tout particulièrement celui de Benfica. Mais Braga s’est montré très exigeant et ferme sur ce dossier, ne laissant finalement pas de place à un départ. C’est aussi là que l’on peut voir l’image d’un club qui s’affirme. Une volonté incassable de préserver son groupe et de ne pas brader ses meilleurs éléments ; encore moins à ses concurrents directs.

Déjà mentionné, Vitor Tormena a quant à lui profité de l’absence de cadres en défense pour s’y faire une place, devenant même le leader de celle-ci. En parallèle, d’autres piliers du club ont su maintenir leur niveau tout au long de la saison. On peut d’ailleurs s’attendre à ce que ce soit encore le cas la saison prochaine. Ricardo Horta, capitaine et déjà légende du club, a été présent sur tous les fronts de l’attaque. Aussi bien en championnat qu’en Europa League, il s’est montré absolument essentiel. Son début de saison 2021-2022 est déjà parti sur des standards équivalents voire supérieurs. Aux cages, le très mobile Matheus s’est illustré par ses sorties parfois très osées mais aussi par sa grande réactivité sur sa ligne de but et son bon jeu au pied. Un autre élément crucial de l’équipe de Carvalhal.

Cet été, le seul départ majeur se retrouve en celui de Fransergio, parti pour les Girondins de Bordeaux. Dans le sens inverse, Braga s’est plutôt très bien renforcé. Le départ de Ricardo Esgaio a été comblé par le prêt du très prometteur Yan Couto, appartenant à Manchester City. Toujours en prêt, les Bracarenses ont accueilli Chiquinho et Diogo Leite en provenances respectives de Benfica et de Porto. Si le premier n’a jamais réussi à s’imposer à Benfica, il a tout de même un joli passé en championnat portugais où il avait réalisé une énorme saison 2018-2019 à Moreirense. Quant au second, il n’a pas vraiment trouvé sa place non plus sous les ordres de Conceição. Mais depuis de nombreuses années déjà, il est annoncé comme l’un des défenseurs les plus prometteurs du Portugal. Son arrivée est idéale pour un SCB qui avait grandement besoin d’un renfort dans son trio défensif.

Braga a aussi et surtout accueilli deux joueurs qui ont fait leurs preuves en championnat la saison dernière. Mario Gonzalez, prêté l’an dernier à Tondela, y avait inscrit 14 buts en 27 matchs. Lucas Mineiro, auteur d’une grosse saison avec Gil Vicente, a lui aussi rejoint les Guerreiros. Deux recrues de marque qui permettront à Braga d’être encore plus compétitif que la saison passée, en championnat comme en Europa League. Cela apportera aussi une profondeur de banc confortable permettant de lutter sur tous les fronts.

Le potentiel 11 du SC Braga en Europa League

Le joueur à suivre

Si Ricardo Horta est sans conteste le meilleur joueur de l’effectif aussi bien par son talent que par sa mentalité, un autre joueur a été choisi pour ce petit focus. Il s’agit de l’international libyen Moatasem Al Musrati. A 25 ans, le milieu de terrain défensif du SC Braga est dans un tournant de sa carrière. Après des passages remarqués mais non flamboyants au Vitoria SC ou à Rio Ave, il a totalement explosé sous les ordres de Carlos Carvalhal. A tel point que le joueur était très courtisé par Benfica cet été. Cette prochaine saison qui sera celle de la confirmation pour lui. Ensuite, il y aura de grandes chances de le voir franchir un grand palier dans sa carrière.

En plus d’être pétri de talent, Al Musrati est un joueur exemplaire sur le terrain. Il ne rechigne pas à l’effort et semble appliquer à la lettre les instructions de son entraîneur. Très solide au duel, excellent dans la lecture du jeu, le Libyen est un très bon ramasseur de ballons devant la surface. Rugueux sans être brutal, il abat un énorme travail de récupération au milieu de terrain. Mais ce qui fait de lui un joueur si apprécié, c’est sa qualité de passe. Il est très intelligent et voit parfaitement le jeu pour créer des solutions. Par son jeu long, il sait casser des lignes ou créer des situations dangereuses à partir d’une simple passe très reculée. Et de temps à autres, il gratifie même les siens par un but d’une frappe sèche et lointaine.

Depuis quelques mois désormais, chaque match de Braga s’accompagne de son lot d’éloges envers son élégant milieu de terrain. Et les pelouses danoises, bulgares et serbes risquent de très vite l’apprendre à leurs dépens.

Dans sa qualité de relance et de jeu long, Al Musrati fait partie des meilleurs joueurs du championnat portugais

Quelles attentes en Europa League ?

Désignés dans le groupe F de l’Europa League aux côtés de Ludogorets, de l’Etoile Rouge et du Midtjylland, le SC Braga fait face à une poule relevée mais plus ouverte que la saison dernière où il avait dû se confronter à Leicester, à l’AEK et au Zorya. Les Portugais avaient tout de même tenu tête aux Foxes en comptabilisant 13 points à la fin de cette phase de groupes, soit autant que les Anglais. Cette année encore, l’expérience de Braga mêlée à son collectif et entraîneur de talent devrait faire mouche. Au moins pour sortir sans trop de difficultés de ce groupe.

Attention cependant à ne pas sous-estimer ses concurrents. Si le Ludogorets est aussi un habitué des compétitions européennes (y compris de la Ligue des Champions), c’est surtout de Midtjylland qu’il faudra se méfier. Le club danois en impose de plus en plus sur la scène nationale en particulier grâce à ses jeunes très talentueux. Parmi ceux-ci, il faudra particulièrement surveiller les Brésiliens Evander et Brumado, mais aussi les Danois Dyrh et Isaksen sur le front offensif.

Crédits Photos : IMAGO

Europa League : Braga attendu au tournant
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut