Danemark

Danemark : debrief des poules, projections sur la suite de la compétition : bilan du 1er tour

Lundi, le Danemark a réussi à se qualifier en arrachant la seconde place de la poule B, à l’issue d’un match haletant contre la Russie. Prochain objectif, samedi 18h00 : battre la sélection galloise menée par Gareth Bale, leur leader offensif. Découvrons le récit de la poule B, et les prévisions de la phase éliminatoire.

Une qualification difficile, une atmosphère irrespirable jusqu’au bout

Malgré le contexte difficile autour de la Danish Dynamite, lié notamment à l’arrêt cardiaque de Christian Eriksen dès la première mi-temps du premier match, le Danemark a passé les poules en finissant second sans démériter. Alors que L’UEFA a contraint les joueurs du Danemark (comme ceux de la Finlande) de reprendre le match Danemark-Finlande, quelques temps après la sortie d’Eriksen, les joueurs danois avaient l’esprit ailleurs. À l’image de Kjaer, héros du soir grâce aux premiers secours apportés à Eriksen, qui n’a pas pu poursuive la rencontre au-delà de l’heure de jeu. Les minutes étaient longues, et l’aspect humain à pris dessus sur le sportif, même dans les tribunes où fans danois et finlandais ont chanté ensemble en l’honneur du milieu de l’Inter. Au final, malgré une nette domination danoise, la Finlande repart avec une victoire arrachée sur leur seule véritable occasion.

L’émotion, après le malaise de Christian Eriksen, Danemark-Finlande

Le jeudi suivant, alors que les hommages continuaient, Christian Eriksen étant sauvé, les danois recevaient l’ogre belge, 1er au classement FIFA qui a gagné son premier match 3-0 en Russie ! Le stade était rempli aux deux tiers, pour assister aux offensives danoises dès le coup d’envoi, récompensées dès la deuxième minute sur une frappe au ras du sol de Yussuf Poulsen dit “Yurary”. Les joueurs ont joué le match plus libéré, à l’image d’un gros match de Damsgaard le joueur de la Sampdoria de 20 ans, remplaçant d’Eriksen, pour se faire plaisir, faire plaisir à Eriksen et au public, ainsi qu’à nous, téléspectateurs du monde entier ! Malgré l’avantage conservé à la mi-temps, le Danemark toujours dominateur aura cédé en seconde période en encaissant deux buts sur les rares offensives belges. Mais le réalisme d’un joueur d’un si haut niveau, du nom de De Bruyne, aura eu raison de la sélection danoise.

La veille, la Russie avait enfin gagné ses premiers points en s’imposant 1-0 contre nos amis finlandais. Ce qui mettait le Danemark dans une bien mauvaise posture, mais qui avantageait la sélection : la qualification allait être plus dure à aller chercher, mais la deuxième place était encore accessible. Le verdict de la poule B serait connu en fin de soirée du lundi 21 juin. Puisque, alors que les danois recevaient la Russie qui détenaient la deuxième place du classement, les finlandais et les belges se retrouvaient à Saint-Pétersbourg pour en découdre et espérer la qualification et la première place. Alors que la première demi-heure du match était ennuyante, la Russie jouant déjà la montre, un bijou de Damsgaard libère le Parken Stadium peu avant la mi-temps. En seconde mi-temps, Poulsen soulage le pays vers l’heure de jeu, mais la Russie parvient à réduire l’écart sur un pénalty litigieux dix minutes plus tard. Ce qui aura créé un électrochoc aux joueurs, qui, grâce à un missile de Christensen, et Maehle en contre-attaque, prennent le large pour gagner le match 4 buts à 1. Dans le même temps, la Belgique s’impose contre la Finlande (2-0), ce qui assure, à la différence de buts, la qualification danoise mais également la seconde place !

Yurary, buteur lors de Russie-Danemark

Jusqu’où peut aller la Danish Dynamite ?

Avec l’état d’esprit montré au sein du groupe, cette solidarité, cette liberté, il est possible que les Danois ne s’arrêtent pas en quarts. Le huitième de finale contre les Gallois, programmé à 18h00 ce samedi 26 juin à Amsterdam, sera un vrai test pour analyser le niveau des Danois en match à élimination directe, face au précédent demi-finaliste de la compétition. L’adversaire est d’un niveau équivalent au notre, a été difficilement battu par l’Italie la semaine dernière (1-0). Et les Gallois auront à cœur de confirmer leur statut dans un Euro, après leur échec aux portes de la finale en 2016. Mais qui peut arrêter la Danish dynamite enfin lancée ? Le match s’annonce serré, et pas sûr que le Danemark s’en sorte à l’issue du temps règlementaire. En cas de qualification en quarts, le Danemark serait opposé au vainqueur de Pays-Bas – République Tchèque, à Münich. Un beau test, en cas de confrontation face aux voisins néerlandais invaincus en poules. Mais pas une mission impossible, car le Danemark a su le prouver dernièrement : la sélection est capable de bousculer les gros… pour pourquoi pas aller chercher une place dans le dernier carré !

Tableau de la phase éliminatoire de l’Euro

Crédits photos : La voix du nord, eurosport.fr, leparisien.fr

Danemark : debrief des poules, projections sur la suite de la compétition : bilan du 1er tour
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut