Belgique

Un noyau de 7 joueurs à deux semaines du championnat : le casse-tête de Virton

A l’heure où la période de préparation bat son plein, les clubs peaufinent leurs automatismes pour la saison prochaine. Enfin, presque tous. A Virton, en deuxième division belge, l’heure est encore à la composition du noyau. A l’heure d’écrire ces lignes, les forces en présence se limitent en effet à… 7 joueurs. Le premier match de championnat contre Westerlo dans moins de deux semaines s’annonce folklorique.

Dans les couloirs du petit stade Yvan Georges, l’antre de l’Excelsior Virton, c’est l’effervescence à deux semaines de la reprise du championnat : la conférence de presse qui a lieu en cette fin du mois de juillet marque le lancement de la saison après des derniers mois sans la moindre rencontre. Dans les bureaux, c’est à un rythme effréné que les dirigeants s’activent pour construire un noyau en repartant de zéro. Mais comment Virton en est-il arrivé là ? La saison 2019-2020 avait pourtant vu Virton remonter en deuxième division et y jouer un rôle majeur puisque le club occupait une belle deuxième place avant l’arrêt de la compétition suite à la crise du coronavirus.

Pas de licence, pas de joueurs

A l’aube de la saison 2020/2021, coup de tonnerre : l’Excel ne reçoit pas sa licence pour la deuxième division, ni même celle requise pour la D1 amateur. C’est donc au quatrième échelon que les Gaumais sont condamnés. Abattus par la nouvelle, totalement dans le flou quand à leur avenir et blasés par les procédures engagées par le club alors que la saison suivante a déjà commencé, les joueurs, qui sortaient d’une grosse saison, se cherchent un nouveau club. Les autres équipes de la série, flairant le bon coup, ne se privent pas et pillent le noyau de l’Excel jusqu’à ce qu’il ne reste pratiquement personne. Face à cet exode massif, l’équipe enchaîne les forfaits en quatrième division avant que la saison ne soit arrêtée, à nouveau à cause du coronavirus.

Les dirigeants, eux, ne lâchent rien. Le 20 novembre dernier, l’affaire connaît un nouveau rebondissement : Virton obtient gain de cause auprès du collège de l’autorité belge de la concurrence qui estime que des règles concernant la concurrence ont été bafouées par la commission des licences et impose le retour du club en deuxième division à partir de la saison suivante, à savoir cette saison. L’Excel va même plus loin en assignant ses anciens joueurs en justice pour rupture abusive de leur contrat. Le 7 mai, Virton confirme que sa licence lui a bel et bien été accordée pour la saison 2021/2022. Un ouf de soulagement pour le matricule 200 qui fêtera justement son centenaire en 2022.

Course contre la montre

Après s’être battu sur le plan judiciaire, c’est désormais sur le plan sportif que le club devra se montrer à la hauteur. Et il y a du pain sur la planche. Pendant le mois de juillet, le noyau ne comptait que deux joueurs (deux jeunes de 20 ans) sans staff technique pour les encadrer. C’est finalement le 27 juillet qu’est arrivé le nouveau coach, Christophe Grégoire, un ancien joueur passé notamment par Charleroi et Anderlecht, qui lance ainsi sa carrière de T1. Dans la foulée, ce sont un directeur technique et un adjoint qui ont débarqué. Le noyau des joueurs, lui, n’a vu arriver des nouvelles têtes que quelques heures avant l’écriture de cet article. Au cours des prochains jours, le rythme des arrivées devrait encore s’intensifier pour pouvoir aligner une équipe qui tienne la route contre Westerlo, un des candidats à la montée, le 13 août prochain.

Christophe Grégoire, un coach qui aura fort à faire pour sa première expérience

Mais dans de telles circonstances, l’objectif fixé par la direction est bien évidemment le maintien, à l’approche d’un début de saison qui aura tout d’une tournée de préparation. Surtout avec un budget réduit d’à peine trois millions d’euros qui obligera le club à concentrer son mercato sur des joueurs libres ou prêtés. La presse évoque également les arrivées de jeunes pousses du Milan AC, de la Juventus et de la Genoa. Les nuits de Flavio Becca, le boss de l’Excel risquent d’être bien courtes, d’autant plus qu’il a lui-même des ennuis avec la justice pour abus de bien sociaux, mais ça, c’est une autre histoire. En attendant, difficile d’imaginer à quoi ressemblera la rencontre face à Westerlo. Après tout, l’important est aux retrouvailles pour les supporters (qui pourront assister gratuitement au match) après avoir longtemps cru que leur club disparaîtrait.

Crédits Photo : Imago

Un noyau de 7 joueurs à deux semaines du championnat : le casse-tête de Virton
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut