Autriche

WSG Tirol : famille, cristal et ballon rond

Par son histoire et sa trajectoire, Wattens est un club à part en Autriche, mais aussi plus globalement en Europe. Derniers Défenseurs met aujourd’hui en lumière l’histoire de cette équipe bientôt centenaire.

Vous n’en avez jamais entendu parler mais ça change en 2021. Le WSG Wattens est unique dans le paysage footballistique. Club familial aidé par une entreprise de renommée mondiale, basé dans un village alpin d’à peine 8 000 âmes. Wattens, capitale du cristal, est en train de devenir une place importante du Fußball autrichien.

Daniel Swarovski, Daniel Swarovski II, Gernot Langes-Swarovski, Diana Langes-Swarovski. Quatre personnes différentes ont tenu le rôle de président de ce club en 90 ans. Toutes sont membres d’une même famille. Daniel n’est autre que le créateur de la marque centenaire portant son nom. Né en Bohême, dans la deuxième partie du XIXe siècle, il va venir installer son affaire à Wattens, au cœur du Tyrol, non loin d’Innsbruck. En 1930, alors qu’il est leader planétaire dans son domaine, Daniel Swarovski crée le SC Wattens. L’équipe évolue dans les bas-fonds du football autrichien, en deuxième ligue régionale tyrolienne. Son règne n’est pas couronné de succès. Aucune montée en 16 ans et à 83 ans, le créateur donne la présidence du club à son petit-fils, une nouvelle ère commence.

L’équipe de Wattens pour le “championnat d’automne” 1937.

Accession à la première division

Daniel Swarovski II fait connaître la gloire à Wattens. Le SC devient SV en 1953 lorsque le club obtient une montée en Regionalliga, la deuxième division. Les Verts et Blancs vont devenir des habitués à ce niveau. 14 nouvelles saisons dans l’antichambre de la D1 et finalement l’apothéose : une accession dans l’élite durant l’année 1967. Swarovski deuxième du nom tire sa révérence à ce moment-là, Wattens évolue à présent avec l’Austria, le Rapid, le Sturm, le Grazer AK, LASK, toutes les grandes formations autrichiennes de cette période. A ce moment, c’est une véritable sensation de voir un si petit village – 6 000 habitants – en première ligue.

Qui d’autre qu’un Swarovski pour prendre la place d’un Swarovski ? Gernot Langes-Swarovski prend le poste de président pour la première saison de Wattens dans l’élite. Cet exercice 1968-1969 ne se conclut pas par une relégation pour les tyroliens. Avec un point de plus que le premier relégué, Bregenz, le SV Wattens se maintient. Un accomplissement rendu possible par le recrutement de plusieurs joueurs habitués au niveau Nationalliga comme Langruber ou Wizemann. Adolf Jud, ex milieu de terrain aujourd’hui âgé de 82 ans, se souvient de ces jours de gloire : “Cette première année, nous avons gagné contre tous les grands clubs viennois.

La dernière équipe du SV Wattens avant la fusion avec le Wacker innsbruck. Le cliché date de la saison 1970-1971.

Grande période dorée

1971, le Tyrol devient une place importante du football autrichien. Le SV Wattens et le Wacker Innsbruck, champion en titre, fusionnent pour devenir le SpG Wattens-Wacker Innsbruck. Les meilleurs éléments “Wattener” sont transférés dans ce nouveau club, les autres jouent dans une équipe réserve appelée SpG Wattens Amateure. Pendant ce temps, Gernot Langes-Swarovski est toujours aux manettes. Avec 8 trophées nationaux dans les années 70, l’équipe de la famille Swarovski domine l’Autriche, mais pas que. La fusion dispute la Mitropa Cup, une coupe réunissant les meilleures formations d’Europe centrale. Cette compétition imaginée par le sélectionneur de la célèbre Wunderteam, Hugo Meisl, va couvrir Wattens-Wacker de succès. En 1975, les Autrichiens mettent fin à une disette de 24 ans pour leur pays et remportent le trophée en battant Budapest Honved lors de la finale. Récidive un an plus tard avec une nouvelle victoire, cette fois-ci contre les Yougoslaves de Mostar.

Gernot Langes-Swarovski est vu comme le messie. Aujourd’hui encore, le site du club titre “Ere dorée grâce à Gernot Langes” en référence à ces championnats remportés et ces joutes européennes. Pourtant, le ciel va vite s’assombrir. Début des années 80 rime avec début de la fin. La fusion bat de l’aile, des problèmes financiers apparaissent puis Wattens et Wacker se séparent en 1986. Le FC Swarovski Tirol prend la relève en Bundesliga, le SpG Wattens Amateure, devenu WSG Wattens, est en Regionalliga, aux portes de la deuxième division.

Wattens va connaître les divisions régionales un bon bout de temps, plus précisément jusqu’à la nouvelle passation de pouvoir à la présidence du club. La fille de Gernot Langes-Swarovski, Diana, prend les rênes du club en 2013. Son père aura donc connu plusieurs générations de joueurs après 46 ans à Wattens. En hommage à son dévouement pour le WSG et pour fêter son 70e anniversaire, l’Alpenstadion Wattens est renommé Gernot-Langes-Stadion l’été de son départ.

Les beaux jours avec Diana

Dès son arrivée, l’arrière arrière-petite-fille du créateur Daniel Swarovski met les choses au clair : “Swarovski n’est qu’un sponsor“, contrairement à Bayer du côté de Leverkusen. La nouvelle présidente n’a pas peur de dire ouvertement aux médias qu’elle a injecté son propre argent pour certaines dépenses du club. “Par exemple, j’ai payé le nouveau bureau. J’ai aussi fait un petit quelque chose à la cantine, et j’ai embelli les alentours des terrains d’entraînement. C’est de l’argent que le club n’a pas et que j’ai apporté.

Diana est aussi pionnière. Si le football est un monde d’hommes, les dirigeants de ce sport sont à 99% masculins. Il y a 8 ans, elle était la seule femme à la tête d’un club autrichien, aujourd’hui, elles sont deux. Brigitte Annerl est présidente du TSV Hartberg, équipe surprise la saison dernière en Bundesliga avec une 5e place finale. A son arrivée, Diana Langes-Swarovski chamboule tout et met des objectifs très élevés pour son équipe.

Le ballon rond est devenu la spécialité de Diana Langes-Swarovski. Elle gère de main de maître ce qui est maintenant son club.

Tout d’abord, elle donne sa chance à Thomas Silberger, ancien joueur pro, alors coach du FC Kustein. Il faudra attendre trois années supplémentaires pour voir le travail de Silberger se concrétiser. Le WSG Wattens accède enfin à la deuxième division en mai 2016. La Geschäftsführerin veut maintenant de la stabilité et faire de sa formation, la formation numéro une dans le Tyrol. Elle s’agace rapidement contre le Land, qui donne plus de subventions au voisin du Wacker Innsbruck. Seuls les élus de la municipalité de Wattens alimente un peu les finances de l’équipe fanion.

C’est en 2019 que le rêve devient réalité. Au terme d’un final à couper le souffle, Wattens est promu en Tipico-Bundesliga et remporte le titre de deuxième division. Diana Langes-Swarovski a déjà réussi son ambitieux pari puisque le Wacker Innsbruck est relégué en D2. Le WSG devient le premier club du Tyrol. Malheureusement, la ligue n’homologue pas l’enceinte au nom de Gernot Langes. En attendant la fin des rénovations, prévues pour courant 2021, le club va jouer ses matchs au Tivoli Stadion à… Innsbruck.

Les Tyroliens ont dû attendre la toute dernière journée pour soulever le trophée et accéder officiellement à l’élite.

Ascenseur émotionnel

Ce retour dans l’élite est chaotique pour cette équipe qui joue donc tous ses matchs à l’extérieur. Les Tyroliens prennent beaucoup de buts, perdent énormément et terminent derniers des play-downs, organisés sur un mois après le premier confinement. Le retour dans l’antichambre de la Bundesliga paraît inévitable sauf qu’en juillet dernier, la Covid-19 fait tomber un club professionnel. Dans une situation précaire, le SV Mattersburg est jugé en banqueroute et disparaît du monde du football tel evian Thonon Gaillard dans l’Hexagone.

Le repêché se trouve être le Werksportgemeinschaft. L’exercice 2020-2021 est une renaissance, les joueurs de Diana Langes se subliment et sont la sensation de ce début de saison. A la moitié de la phase régulière, Wattens est 5e du championnat et donc en position de se qualifier pour les tours préliminaires de l’UEL 2, la nouvelle compétition de l’UEFA.

Les derniers jours de 2020 ont été rudes. Dans les colonnes du Tiroler Tageszeitung, Diana Langes-Swarovski a révélé une information qui fait l’effet d’une bombe : Swarovski n’est plus le sponsor du WSG Tirol. La présidente a été, comme à son habitude, on ne peut plus clair sur la situation de l’entreprise de cristal : “Il est difficile d’expliquer que d’une part il faut licencier des salariés et d’autre part que l’on sponsorise une association à hauteur de 670 000 euros.” La marque Swarovski devrait licencier au moins 1 000 personnes tandis que le club de football s’attend à vivre des moments plus délicats dans les prochains mois.

Wattens est donc un OVNI dans le monde du football. Ces Autrichiens ont montré que même si le ballon rond n’était pas leur spécialité, ils pouvaient réussir et y montrer leurs compétences. Aujourd’hui, Diana Langes est installée à son poste de présidente et ne se voit pas faire un autre métier. Nouvel objectif : devenir le meilleur club du pays.

Crédits Photos : WSG Tirol

Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En haut