Asie

Al Rayyan, le renouveau d’un club historique en perte de vitesse

Le club d’Al Rayyan créé en 1954 est un club très important dans la culture populaire qatarie. Auréolé de 8 titres de champions depuis sa création, Al Rayyan est également le 2ème club le plus titré de l’histoire du pays. Seul Al Sadd fait mieux. Cependant, tout n’a pas été de tout repos pour les Lions, qui sont passés par des périodes très compliquées, mais qui depuis quelques années sont de retour au sommet de la QSL. Partons à la découverte d’un des clubs les plus populaires au Qatar…

Une histoire partagée entre succès et traversées du désert

Du haut de ses 54 ans d’existence, Al Rayyan est bien ancré dans la culture football au Qatar. Le club possède l’un des palmarès les mieux garnis du pays. Ce dernier a vu passer de nombreux joueurs iconiques qui ont marqué le championnat. Prenons l’exemple de Mansour Muftah. Buteur le plus prolifique de l’histoire de la QSL, il a évolué sous le maillot rouge et noir pendant près de 20 ans, entre 1974 et 1995. Pendant cette période évoluait également un certain Khalifa Khamis. Le club a alors vécu ce que l’on pourrait appeler son âge d’or. En effet, le club a remporté 7 de ses 8 titres de champions de QSL pendant cette période, à l’occasion d’une lutte au sommet avec les rivaux d’Al Sadd. Au Qatar, on connaît cette rivalité sous le nom d’El Clasico.

Toutefois, le club a tout de même connu quelques saisons difficiles, notamment lors de la saison 1987-1988. Cette dernière, au grand dam des supporters, s’est soldée par une relégation. Le club a cependant réussi à remonter la saison suivante, puis à remporter le titre de champion lors de leur retour en QSL, en 1990. Après le départ de Mansour Muftah en 1995, Al Rayyan connaît un gros passage à vide en championnat. Une multitude de saisons très décevantes, loin des standards habituels du club. Preuve de cela, entre 2000 et 2013, Al Rayyan a connu 18 entraîneurs différents !

Cependant, malgré de piètres performances en championnat, le palmarès d’Al Rayyan s’est tout de même agrandi grâce à quelques victoires en coupe au début des années 2000. Cette traversée du désert atteint son paroxysme à l’issue de la saison 2013/2014. Cette saison là, Al Rayyan est relégué en QatarGas League, pour la deuxième fois de son histoire. Un cauchemar qui heureusement se termine rapidement. A l’instar de la saison 1989-1990, Al Rayyan réussit à remonter en QSL la saison suivante, avant de remporter le titre dès leur retour au sein de l’élite en 2015/2016 ! Cette saison-là, l’équipe coachée par Jorge Fossati est sacrée championne après une saison dominée de bout en bout. Lors de cette dernière, Rodrigo Tabata réalise l’une des meilleures saisons de sa carrière au Qatar. Un joueur emblématique dans l’histoire du club, et ce n’est pas le seul…

Des joueurs emblématiques au sein d’un club très populaire au Qatar

Malgré des périodes difficiles pour le club, Al Rayyan est quand même l’un des clubs les plus populaires au Qatar. Il est inscrit profondément dans la culture footballistique et sportive qatarie en général. Cela peut s’expliquer par l’héritage des succès passés du club, mais aussi par la présence de joueurs emblématiques au sein du club tout au long de son histoire. En effet, comme évoqué un peu plus tôt, Mansour Muftah est une véritable légende du club . Il est le deuxième joueur le plus capé de l’histoire du championnat, ainsi que le joueur le plus prolifique. De plus, la QSL a décidé d’honorer l’immense contribution de Muftah envers le football qatari en renommant le trophée de meilleur buteur en Mansour Muftah Award.

Plusieurs décennies plus tard, une autre légende du football qatari a porté le maillot d’Al Rayyan, un certain Sebastian Soria. Originaire de Paysandù en Uruguay, Soria est arrivé au Qatar en 2005. Depuis, il est devenu le meilleur buteur, ainsi que l’un des joueurs les plus capés de l’histoire des Annabis. Bien que n’ayant porté la tunique rouge et noire que pendant 5 ans, c’est un personnage très populaire dans l’émirat et son passage au sein d’un club si populaire est très apprécié. De plus, il a contribué, avec Rodrigo Tabata, à remporter le premier titre de champion du club depuis 21 ans, en 2016.

Mansour Muftah sous le maillot d’Al Rayyan lorsqu’il était encore en activité

En termes de stratégie de recrutement, Al Rayyan a majoritairement axé sa prospection sur des joueurs évoluant au Qatar ou en Asie, afin d’avoir plus de certitudes sur le niveau réel des recrues. Lorsque l’on met cette stratégie en comparaison avec celle des autres grands clubs qataris, on peut douter de son efficacité. En effet les clubs comme Al Sadd, Al Duhail et autres ont bien plus de réussite que les Lions ces derniers temps. Cependant, Al Rayyan a quelque peu changé de stratégie depuis quelques années…

L’entrée dans une nouvelle ère

Depuis quelques années maintenant, le club a changé sa politique de recrutement . Elle est désormais orientée vers des joueurs plus expérimentés qui jouissent d’une réputation plus grande. C’est ce que font les principaux clubs concurrents en QSL. De fait, le club a recruté en 2019 Yacine Brahimi, ainsi que Gabriel Mercado et Yohan Boli. Ces recrutements ont permis au club de sérieusement jouer le titre tout au long de cette saison.

Ainsi cela a permis à Al Rayyan d’être à nouveau considéré comme un sérieux contender. Par la suite, le club a officialisé en 2020 la nomination de Laurent Blanc en tant qu’entraîneur. Il restait sans emploi depuis son départ du Paris Saint-Germain en 2015. Lors du mercato de cet été 2021, Al Rayyan est passé à la vitesse supérieure en termes de recrutement. Le club est en effet parvenu à attirer deux joueurs de classe mondiale, faisant ainsi passer dans le même temps la QSL dans une nouvelle dimension.

James Rodriguez à l’occasion de sa présentation officielle sous le maillot d’Al Rayyan

L’international colombien James Rodriguez ainsi que le français Steven N’Zonzi ont officiellement été présentés en tant que joueurs d’Al Rayyan en septembre 2021. Ces deux recrutements peuvent permettre au club mais aussi au football qatari en général de passer un nouveau cap, notamment à l’échelle continentale. Pour rappel, cela fait maintenant quelques années que le championnat qatari est en perte de vitesse. D’autres championnats comme la Saudi Pro League ont pris le dessus sur la QSL. La compétitivité du championnat à l’échelle du continent asiatique baisse d’année en année, à l’image de la piètre prestation des clubs qataris en Champions League 2021. Lors de cette édition, aucun club qatari n’a réussi à se hisser en phase finale. Une première depuis 2012.

Avec le renouveau d’Al Rayyan ainsi que la forme retrouvée de plusieurs autres clubs historiques (comme le Qatar SC), le football qatari peut rêver de jours meilleurs, et espérer redevenir très compétitif à l’échelle asiatique. Autrefois 2ème championnat asiatique, la Qatar Stars League  doit se renouveler pour permettre à ses étoiles de briller à nouveau.

Crédits images : @Al Rayyan SC (Twitter), QFA, Ahmad/@QFootLive (Twitter)

Al Rayyan, le renouveau d’un club historique en perte de vitesse
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut