Asie

Avispa Fukuoka : la confirmation pour le “Brentford japonais” ?

Après une excellente saison 2021 conclue par une 8ème place, le jeune promu de l’Avispa Fukuoka peut prétendre à la confirmation en réalisant en 2022 une performance similaire. Et pourquoi pas mieux ?

Être promu et se maintenir : sans être un exploit, c’est une belle performance. Surtout au Japon, où le niveau entre J1 League et J2 League peut être assez élevé. En 2021, le club de l’Avispa Fukuoka, basé dans la ville de Fukuoka au Sud du Japon, a largement assuré son maintien en finissant 8ème. Un bel exploit pour les Guêpes. Le promu a signé un autre exploit en s’imposant chez lui face au leader Kawasaki, qui n’avait pas perdu de la saison, en 25 journées.

C’est sur les bases solides de l’an dernier que le club a abordé ce début d’année. Cependant, le mercato joue et jouera un rôle déterminant.

La solidité comme maître-mot

Avec 37 buts encaissés en 2021, Fukuoka n’est que la septième défense de J1. L’efficacité défensive ne paraît donc pas forcément évidente avec ces statistiques. Et effectivement, le club de Kyushu n’a pas réalisé tant de clean-sheets que ça, seulement 12. L’élément prouvant la robustesse des Guêpes est qu’ils n’ont jamais encaissés plus de trois buts dans la saison. Beaucoup de clubs ont totalement pris l’eau face à l’un des deux leaders en 2021, pas eux.

Cette solidité est prônée par Shigetoshi Hasebe, le coach de 50 ans de l’Avispa. Arrivé début 2020, alors que le club est en J2 League, il obtient la promotion à la fin de la saison puis décide de rester en 2021. En 2 ans, il aura fait passer l’Avispa Fukuoka de club assez moyen de deuxième division, à club du milieu de tableau en J1, cauchemar des gros clubs et de leurs armadas offensives.

Shigetoshi Hasebe en novembre 2020 après un match de J2 contre Tokyo Verdy. Il redresse totalement le club et s’impose comme un des meilleurs coachs japonais en 2021.

La marque de fabrique de la solidité du jeu mis en place par Hasebe, c’est tout d’abord le système. Un 4-4-2 assez défensif, avec deux n°6 pour former un bloc compact quand l’équipe subit. Les ailiers n’hésitent pas à défendre, mais doivent être prêts à partir vers l’avant à la récupération. C’est au cœur de ce bloc que se trouve l’élément déclencheur des contre-attaques, le capitaine de 26 ans Hiroyuki Mae. Ce milieu polyvalent capable d’attaquer comme de défendre, au tempérament calme, est la véritable pièce maîtresse du système d’Hasebe.

C’est ainsi que l’Avispa Fukuoka était comparé en 2021 à Brentford, également promu mais en Premier League anglaise. Tout d’abord à cause du jeu pratiqué bien sûr. Un bloc solide et compact qui encaisse peu, beaucoup d’intensité dans les duels, ou encore une certaine quantité de jeu produit malgré une visée défensive, voilà les caractéristiques communes. Mais on trouve également d’autres points communs plus cocasses, comme l’animal emblème des clubs. Pour Brentford, c’est l’abeille, pour Fukuoka, la guêpe. Pour l’anecdote, le nom « Avispa Fukuoka » vient de là, car « avispa » signifie « guêpe » en espagnol.

Mais la comparaison avec Brentford s’arrête au moment d’évoquer l’efficacité. Malgré un jeu plus offensif qu’il n’y paraît, Fukuoka a quelques lacunes pour concrétiser. 42 buts marqués en 2021, soit la 12ème attaque, c’était un peu faible pour prétendre à plus haut. De plus, aucun réel leader offensif n’a émergé. Le Japonais Yuma Yamagishi, l’Espagnol Juanma Delgado et le Camerounais John Mary finissent ainsi co-meilleurs buteurs du club en 2021 avec seulement 5 buts.

Pour continuer de surprendre en 2022, il faudra donc être plus efficace devant, tout en gardant la solidité instaurée. C’est dans cette optique que s’est déroulé le mercato hivernal.

Un mercato intelligent cet hiver pour combler les lacunes

Avant de recruter, l’Avispa Fukuoka devait s’assurer de perdre le moins de joueurs importants possible. Le départ majeur aura sûrement été celui d’Emil Salomonsson. Le latéral droit suédois de 32 ans a fait une saison 2021 de haut niveau, conclue par 3 buts et 6 passes décisives. Après plusieurs années dans différents clubs japonais, il est retourné en Suède finir sa carrière. Parmi les autres départs moins importants, il y a l’attaquant brésilien Bruno Mendes. Auteur de 4 buts en 19 matchs, le joueur prêté par le Deportivo Maldonado en Uruguay, joue désormais au Cerezo Osaka, autre club de J1. L’autre brésilien Cauê, milieu avec un rôle dans la rotation, est lui aussi parti. Enfin, le dernier départ important est celui du co-meilleur buteur John Mary, qui retourne à Shenzhen. Lui aussi était prêté et n’a pas vraiment convaincu malgré ses 5 réalisations.

Emil Salomonsson a marqué l’Avispa Fukuoka pendant plusieurs années. Son amour du maillot et sa gentillesse en ont fait un joueur apprécié de tous. Depuis cet hiver, il a quitté le Japon pour l’IFK Gotebörg.

Pour les remplacer, l’Avispa a recruté intelligemment, en piochant notamment chez les concurrents. Le premier bon coup est celui de l’attaquant brésilien de 30 ans Lukian. Meilleur buteur de J2 avec 22 buts avec le Jubilo Iwata, promu cette saison, il était courtisé par plusieurs autres clubs de J1. Malgré un début de saison assez moyen et des difficultés à apporter du danger, il devrait finir par faire parler sa redoutable patte droite et son excellent sens du placement. N’étant pas prêté, il y a également des chances qu’il soit plus impliqué que Mendes ou Mary. Il faudra simplement qu’il trouve ses marques dans une équipe qui n’a marqué que 4 buts en 8 matchs de J1.

Pour renforcer le milieu de terrain avec le départ de Cauê, le club de Kyushu avait déjà anticipé l’été dernier avec l’arrivée de Shun Nakamura. Le milieu de 27 ans, débarqué en provenance du Shonan Bellmare (J1), apporte pleinement ses qualités cette année et est devenu quasiment indiscutable.

Enfin, parmi les recrues intéressantes, on trouve Tatsuya Tanaka et Yota Maejima. Le premier arrive de Urawa (J1) et apporte du sang neuf en tant que milieu droit. Il est pour l’instant remplaçant mais a marqué l’un des 4 petits buts de Fukuoka cette saison. C’est d’ailleurs l’Avispa qui l’a formé et les fans en attendent donc beaucoup. Le second jouait à Yokohama FC (J2 cette saison) l’an dernier et apporte de la concurrence au poste de latéral droit. Il a également marqué un but en championnat.

Malgré tout, cela sera sûrement insuffisant

Avec 4 matchs nuls, 3 défaites et seulement 1 victoire, la saison de Fukuoka commence doucement. 4 buts marqué et 6 but encaissés, avec globalement les mêmes certitudes et incertitudes que l’an dernier. On ressent cependant une volonté de produire du jeu. Hasebe veut rompre avec l’image d’équipe soporifique qu’on lui attribue, même si c’est mal parti. Mais pour viser plus haut et reproduire l’exploit de la victoire contre Kawasaki, ce ne sera sans doute pas suffisant.

La joie de Jordy Croux. L’ailier belge a inscrit le seul but du match face au Kawasaki Frontale en ce soir de 26ème journée de J1 2021. L’un des moments marquants de la saison dernière.

Même si l’effectif de cette année n’est pas moins bon que celui de l’an dernier, le club ne jouit plus de l’effet de surprise. Leur stratégie devrait de plus en plus dévoiler ses faiblesses. Il faut également prendre en compte le fait que certains joueurs aient clairement été en surrégime. Parmi eux, l’exemple le plus flagrant est celui de Juanma Delgado. L’attaquant espagnol, ancien d’Alavés, a eu une carrière assez discrète dans plusieurs clubs de J2 League.

L’effectif de Fukuoka paraît donc assez insuffisant pour jouer plus haut que la huitième place. Actuellement, le club est même quatorzième (à 6 points du cinquième, le championnat est assez serré). Il faut dire que le club de Kyushu possède un petit budget. Bien moins conséquent que les clubs du top 6 de 2021. Même s’il est difficile d’avoir des chiffres, on peut estimer qu’il est 3 à 4 fois plus faible par rapport à celui de Kawasaki, champion 2021. Il est donc clairement un handicap créant un « plafond de verre » dans le classement.

Enfin, un dernier problème se pose, surtout sur le long terme. La formation n’est pas au centre du projet. Très peu de jeunes sont intégrés à l’effectif et l’académie tourne au ralenti. Il est d’ailleurs amusant de voir que le club voisin et rival, le Sagan Tosu, est dans la situation inverse. Le Sagan, en proie à des difficultés financières, s’en remet à sa jeunesse et va intégrer une dizaine de jeunes cette saison. L’Avispa sait pourtant bien former. Le défenseur de 23 ans Takehiro Tomiyasu, titulaire à Arsenal, vient par exemple de son académie.

Il est donc très ambitieux de voir l’Avispa Fukuoka finir dans le top 7. D’autant plus que les gros clubs semblent s’être renforcés cette année. Selon les fans et spécialistes de l’Avispa, le club espère et devrait finir entre la 8ème et la 12ème place. C’est en tout cas l’ambition à court et moyen terme. Le but est de se pérenniser en J1 League pour les prochaines années en cherchant à gagner de la stabilité. Cette stabilité qui fait souvent défaut aux clubs promus.

Merci à NavyBlueWasp sur Twitter, supporter japonais de l’Avispa Fukuoka, pour son aide dans la rédaction de cet article.

Crédit photos : J.League / Getty Images / Twitter de l’Allsvenskan / Y.Hidaka

Avispa Fukuoka : la confirmation pour le “Brentford japonais” ?
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En haut