Amérique

Le XI des vieux briscards du championnat brésilien

Gabriel Veron, Gabriel Menino, Kaio Jorge, Gabriel Sara, Yuri Alberto, Lucas Piton, Kayky… la nouvelle génération promet bien des merveilles. Mais il ne s’agit pas d’eux dont nous allons parler dans cet article. En effet, pour se lancer dans les meilleures conditions, il est important d’être entouré de joueurs d’expérience qui vont leur apporter tout leur savoir. Miranda, Dani Alves, Douglas Costa, Hulk, Fred… de grands joueurs sont rentrés au pays pour disputer le championnat local après une belle expérience en dehors du continent. On revient aujourd’hui sur ces cracks qui ont fait leur retour au Brésil après une belle carrière en Europe et qui participent au Brasileirão 2021.

Le 11 des cracks de retour au Brésil

Gardien de but : Diego Alves (Flamengo/1985)

Véritable spécialiste des penaltys, il compte autant de tirs repoussés que de tirs encaissés depuis la marque des 11 mètres. Lorsque Diego Alves est revenu dans le championnat brésilien, il avait un bilan de 27 penaltys encaissés sur 54 en Espagne, soit la moitié exacte. Cette spécialité lui a valu de battre des records comme celui du plus grand nombre de penaltys arrêtés dans l’histoire du championnat espagnol. En repoussant un penalty d’Alexander Szymanowski, de Leganés, il a battu le record d’Andoni Zubizarreta, avec 17 arrêts (sur 39 tirs), contre 16 (sur 107 tirs) pour l’ancien portier du Barça. En 2017, il a également battu le record historique de penaltys arrêtés sur une saison avec six tirs repoussés, battant ainsi Pepe Reina et Manzanedo qui en avaient arrêté cinq chacun.

Après une belle carrière en Espagne, où il est arrivé à Almeria en provenance de l’Atlético Mineiro en 2007, il rejoint Valence en 2011 où il restera jusqu’en 2017 avant son retour au Brésil, plus précisément du côté de Flamengo où il continue de briller et à faire ce qu’il fait le mieux : arrêter des penaltys.

Latéral droit : Dani Alves (São Paulo/1983)

Véritable aimant à titre, l’arrière droit de São Paulo se devait d’être dans ce 11 et prend même le brassard de capitaine. Avec 42 trophées, Dani Alves est le joueur qui a remporté le plus de titres officiels dans l’histoire du football, devant Lionel Messi (36 titres), Giggs, Iniesta, Maxwell et Piqué (35 titres chacun). Parmi tous ses titres remportés, on peut citer les 2 Copa América, les 2 Coupes des Confédérations et depuis peu la médaille d’or aux Jeux Olympiques avec la Seleção. Il a gagné son premier titre avec Bahia en 2002 (Copa do Nordeste) avant de rejoindre l’Espagne en 2006. À Séville, il gagnera ses premiers titres en Europe, à savoir deux coupes de l’UEFA, la Supercoupe de l’UEFA, une Coupe d’Espagne et une Supercoupe d’Espagne.

Sa carrière explose quand il rejoint le FC Barcelone en 2009, avec qui il remporte la majorité de ses trophées (Ligue des Champions, Liga, Coupe d’Espagne, Coupe du monde des clubs, Supercoupe d’Europe, etc.). En 2016/2017, il part tenter sa chance en Italie où il ne reste qu’une saison à la Juventus, le temps de remporter le championnat et la Coupe d’Italie. Il termine son passage en Europe du côté du Paris Saint-Germain où il remporte tous les trophées locaux. De retour au Brésil depuis 2019, il a été titulaire au poste de latéral droit ou parfois au milieu de terrain du São Paulo FC avant de quitter le club en raison d’un désaccord. Il ne devrait néanmoins pas en rester là et trouver rapidement un nouveau club au Brésil avec l’objectif de remporter les trophées qui lui manquent : le Brasileirão et la Copa Libertadores.

Défenseur central axe droit : Miranda (São Paulo/1984)

Formé à Coritiba, le défenseur central a rapidement poussé son entraîneur à lui faire confiance pour disputer la Copa Libertadores en 2004, année lors de laquelle il a également remporté le titre du Championnat du Paraná. Après 88 apparitions avec le Coxa, Miranda rejoint Sochaux en juillet 2005. Mais son jeune âge et la difficile adaptation à un nouveau pays font qu’il retourne au Brésil après un an seulement passé en France, pour rebondir à São Paulo avec qui il finira par remporter le Brasileirão en 2006.

Miranda est le nouveau capitaine du São Paulo FC

En 2011, Miranda retente sa chance en Europe en signant à l’Atlético de Madrid de Diego Simeone, avec qui il réalisera une superbe saison en 2013-14. C’est lors de celle-ci que les Colchoneros ont remporté le Championnat d’Espagne, après 9 ans d’hégémonie entre le Real et le Barça. Cette même année, il ira également jusqu’en finale de la Ligue des Champions, s’inclinant en prolongations dans le derby madrilène.

En juin 2015, après avoir disputé la Copa América, Miranda trouve un accord avec l’Inter Milan, où son passage se fera moins remarquer. Après quatre ans en Italie, il est annoncé du côté du Jiangsu Suning où il jouera deux ans, jusqu’à ce que le club annonce la fin de ses activités. Libre de tout contrat, le défenseur central revient à São Paulo dix ans après son départ. Véritable idole du club, il prend même le brassard de capitaine, qui appartenait jusqu’alors à un certain Dani Alves.

Défenseur central axe gauche : David Luiz (Flamengo/1987)

Joueur le plus récent à faire son retour dans le championnat brésilien, David Luiz a signé à Flamengo en provenance d’Arsenal, après une carrière bien remplie en Europe. Formé au Vitória avec qui il a fait ses débuts professionnels, le défenseur central a vite tapé dans l’œil des recruteurs de Benfica. Le club portugais est allé le chercher alors qu’il jouait en Série C, le troisième échelon du football brésilien. Au Portugal, David Luiz ne tarde pas à gagner sa place de titulaire malgré son jeune âge (20 ans), aux côtés de l’expérimenté Luisão. Avec le club lisboète, il remporte le championnat en 2010 avant de s’envoler en Angleterre, pour évoluer sous les couleurs de Chelsea où il devient vite incontournable.

Lors de ce premier passage chez les blues, il remporte de nombreux trophées dont la Ligue des Champions, la Ligue Europa et la Coupe d’Angleterre. En 2014, il signe au PSG en échange de cinquante millions d’euros, un record pour un défenseur à cette époque. Il y restera deux saisons avant de faire son retour à Chelsea, pour remporter une nouvelle Ligue Europa et un titre de champion d’Angleterre. Après trois saisons, alors âgé de 32 ans, il signe chez le rival Arsenal avec qui il gagne la Coupe d’Angleterre et la Community Shield en 2020.

Bien qu’il compte de nombreuses sélections, son parcours en Seleção est malheureusement marqué par la tragique défaite 7-1 contre l’Allemagne lors de la Coupe du Monde 2014. Malgré tout, David Luiz reste un excellent défenseur, et il ne fait aucun doute qu’il sera très utile pour Flamengo lors de cette deuxième partie de saison.

Latéral gauche : Filipe Luis (Flamengo/1985)

Joueur réputé en Europe, passé par Chelsea et l’Atletico de Madrid, Filipe Luis, évolue désormais à Flamengo. Et on peut dire qu’il a cravaché pour en arriver là ! Révélé par Figueirense en 2003, il quitte rapidement le Brésil pour signer à l’Ajax, en 2004, avec qui il ne jouera finalement jamais. Son agent le transfère alors à Rentistas, un club en Uruguay dont il était sócio. Tout comme lors de son passage aux Pays-Bas, il ne disputera pas une seule minute et est immédiatement prêté au Real Madrid Castilla, puis au Deportivo La Corogne, qui lèvera l’option d’achat en 2008. Élu meilleur arrière gauche de La Liga (saison 2008-09) par l’UEFA, il signe à l’Atlético de Madrid en 2010, après quatre saisons en Galice, où il aura le succès que l’on connaît.

Sous les ordres de Diego Simeone, Filipe Luis remporte la Liga Europa à deux reprises, la Liga, la Coupe d’Espagne, la Supercoupe de l’UEFA, et a été finaliste de la Ligue des Champions en 2014 et 2016 sans toutefois parvenir à la gagner. Depuis son retour à Flamengo, il a déjà soulevé plusieurs trophées dont la Copa Libertadores, la Recopa et le Brasileirão. Et l’histoire n’est pas finie.

Milieu défensif : Felipe Melo (Palmeiras/1983)

Pour protéger la défense, le joueur de Palmeiras Felipe Melo est le milieu de terrain idéal pour cette sélection des trentenaires du Brasileirão. Le “Pitbull” a joué pour des géants européens comme la Juventus, l’Inter Milan et Galatasaray.

Lui aussi a pas mal bourlingué dans sa carrière. Connu pour son côté sulfureux et son agressivité sur le terrain, Felipe Melo lance sa carrière à Flamengo en 2001. Puis, il part en 2003 pour Cruzeiro où il a remporté la “Tríplice Coroa”, c’est-à-dire trois championnats dans une même saison : le Mineirão, la Copa do Brasil et le Brasileirão. En 2004, il est recruté par Grêmio où tout ne se passera pas comme prévu. Avec le club en crise et une relégation inévitable, le passage de Felipe Melo est horrible. Ses coéquipiers le sont aussi. Il finira par se faire licencier après un scandale, en se retrouvant impliqué dans de sombres histoires mêlant prostituées et combats au couteau à Rio de Janeiro.

Le pitbull Felipe Melo glanant la Copa Libertadores 2020 remportée avec Palmeiras

Acheté par Majorque au début de l’année 2005, Melo passera les trois années suivantes de sa carrière à jouer dans des clubs mineurs du football espagnol. On peut évoquer parmi ceux-là le Racing Santander et Almeria. Après une belle saison, l’occasion de jouer pour un plus grand club se présente. Felipe s’engage avec la Fiorentina. Il tape alors dans l’œil de la Juventus qui payera sa clause libératoire de 25 millions d’euros. Après une première saison décevante où il est élu Bidon d’or 2009 et une Coupe du Monde 2010 à oublier, Felipe Melo renaît et enchaine les bonnes performances. Cela n’empêchera toutefois pas la Juve de vouloir s’en débarrasser. Elle le prête à Galatasaray avant de le vendre définitivement. C’est là qu’il gagnera le surnom de “Pitbull”. Un sobriquet dû à son style de jeu passionné qui lui a permis de devenir rapidement une idole des supporters.

Après quatre ans en Turquie, Felipe fait son retour en Italie en signant à l’Inter. Il résiliera cependant son contrat au bout d’un an pour rentrer au Brésil et signer à Palmeiras où il évolue toujours. Avec le club paulista, il a remporté la Copa Libertadores, le Brasileirão, et la Coupe du Brésil.

Milieu relayeur : Diego Ribas (Flamengo/1985)

Diego Ribas, de Flamengo, est passé par de grands clubs européens comme Wolfsburg, Porto, la Juventus et l’Atlético de Madrid. Il sera notre milieu offensif chargé de l’organisation du jeu.

Diego avait à peine 16 ans lorsqu’il a intégré le groupe pro de Santos en 2002. Il faisait alors partie des jeunes joueurs prometteurs du “Peixe” en compagnie d’un certain Robinho. Ils ont d’ailleurs permis à Santos de remporter le championnat brésilien cette saison-là. Après un nouveau championnat remporté en 2004, ainsi que la Copa América avec la “Seleção“, Diego est recruté par Porto, qui venait de remporter la Ligue des Champions, afin de remplacer un certain Deco. Malgré une Coupe intercontinentale et un championnat remporté avec les “Dragons“, son passage ne restera pas gravé dans les annales du club.

Filipe Luis (à gauche) et Diego Ribas (à droite) se sont côtoyés à l’Atlético de Madrid avant de mettre Flamengo sur le toit du Brésil et de l’Amérique du Sud

En 2006, Diego quitte le Portugal pour l’Allemagne où il explosera sous les couleurs du Werder Brême. Dès sa première saison, il remporte la Coupe de la Ligue allemande et est élu meilleur joueur de Bundesliga. Il reste trois saisons au Werder où il devient une idole du club, avant de signer à la Juventus. Mais en Italie, Diego est irrégulier et déçoit. Après une saison il retourne en Allemagne. Cette fois, à Wolsburg, où il ne connaîtra pas meilleur sort. Après une mésentente avec son entraîneur, il est écarté du club, et est prêté à l’Atlético de Madrid. C’est là qu’il remporte la Ligue Europa en 2012. De retour dans le club allemand il est cédé définitivement à l’Atlético en 2014 où il ajoute une Liga et une finale de LDC à son palmarès.

Après un passage de deux ans en Turquie avec Fenerbahçe, il rentre au Brésil où il renaîtra avec Flamengo. En 2019, sous les ordres de Jorge Jesus, il remporte la Copa Libertadores et le Brasileirão. Aujourd’hui, Diego est le véritable patron de Flamengo et n’hésite pas à imposer son autorité aux jeunes joueurs qui l’entourent.

Milieu offensif : Nenê (Vasco/1981)

À 40 ans, il est le joueur le plus vieux de notre 11 de légendes ! L’actuel numéro 77 du Vasco de Gama a une carrière bien remplie. Connu du public français grâce à ses passages réussis à l’AS Monaco et au Paris Saint-Germain, Nenê a débarqué en Europe en Espagne, où il a joué pour Majorque, Alavés, et le Celta Vigo avant de rejoindre la Principauté. Après avoir quitté le PSG, avec qui il a remporté le championnat en 2013, il est passé par Al Gharafa et West Ham avant de rentrer au Brésil pour évoluer sous les couleurs de Vasco da Gama en 2015.

Alors qu’on le voyait proche de la retraite, le milieu de terrain continue à faire parler sa patte gauche aujourd’hui encore que ce soit en championnat ou en Copa Libertadores avec Fluminense. Il avait rejoint le club carioca en 2019 après une pige à São Paulo. Il y a quelques jours était néanmoins officialisé son retour au Vasco de Gama. Relégué en Serie B la saison dernière, Nenê aura la lourde tâche d’aider cet autre club de Rio a retrouver l’élite brésilienne. Mais pour la place que Nenê a occupé au Brésil ces dernières années, sa présence dans ce 11 restait inéluctable.

Ailier droit : Hulk (Atlético-MG/1986)

Après le plus âgé, le joueur le plus en forme de notre 11 de légendes ! Cette saison, Hulk enchaine les buts et les passes décisives du côté de l’Atlético Mineiro. Malgré son âge avancé, de nombreux supporters réclament même son retour en Seleção (avec qui il a déjà remporté la Coupe des Confédérations en 2013). Connu pour sa patte gauche explosive, Hulk a fait parler sa puissance en Europe dans des clubs comme Porto ou le Zénith. Mais tout n’a pas été facile pour Hulk qui a eu une carrière atypique. Il démarre sa carrière professionnelle au Vitória avec qui il ne dispute que deux matchs avant de rejoindre le Japon à l’âge de 18 ans. Dans le pays nippon, il fait carrière avec le Kawasaki Frontale, Tokyo Verdy et Consadole Sapporo, en inscrivant 74 buts en 111 matchs.

Hulk a fait son retour au Brésil cette saison pour jouer sous les couleurs de l’Atlético Mineiro

Ses belles prestations ont tapé dans l’œil des recruteurs du FC Porto qui décident de le faire signer en 2008. Au Portugal, sa carrière explose et il remporte de nombreux titres, dont le championnat local à quatre reprises (2008-09, 2010-11, 2011-12 et 2012-13) et la Ligue Europa en 2011. En septembre 2012, il rejoint le Zénith pour 60 millions d’euros. Il jouera quatre ans en Russie avant de partir en Chine en 2016. Après cinq ans au Shanghai SIPG, il rentre au Brésil séduit par le projet de l’Atlético Mineiro, qui monte une équipe afin de tout gagner sur le plan continental. Aux côtés d’une artillerie offensive exceptionnelle avec Zaracho, Savarino et désormais Diego Costa, il mène l’Atlético-MG tout droit vers un sacre national. Et peut-être même, qui sait, continental…

Ailier gauche : Douglas Costa (Grêmio/1990)

Il va y avoir de la vitesse dans notre attaque, et même les petits jeunes auront du mal à suivre. Si d’un côté on a Hulk et sa puissance, de l’autre on a Douglas Costa et sa superbe technique.

Douglas Costa est un amoureux de Grêmio et il le démontre en revenant au club alors qu’il n’a “que” 30 ans. Au club depuis l’âge de 11 ans, Douglas Costa fait ses débuts professionnels en 2008 et marque lors de son premier match. En janvier 2010, il signe au Shakhtar Donetsk, à l’âge de 20 ans. Après cinq championnats remportés en cinq ans en Ukraine, sans compter tous les autres titres locaux, il rejoint le Bayern Munich. Sous les ordres de Pep Guardiola, il fait de belles choses et gagne deux Bundesliga. Mais l’attaquant perd ensuite sa place avec l’arrivée de Carlo Ancelotti.

A l’été 2017, la Juventus le prend en prêt avec une option d’achat obligatoire fixée à 40 millions d’euros. En Italie, il remporte notamment trois fois le trophée de la Serie A avant de retourner au Bayern Munich en 2020, prêté cette fois-ci par le club italien. Cependant il ne joue que très peu en raison de nombreuses blessures. Cette année, la Juventus a accepté de le prêter à Grêmio, mais avec un renouvellement automatique à la fin du contrat jusqu’à l’été 2023.

À 30 ans, Douglas Costa a gagné partout où il est passé et espère amener cette gagne à Grêmio, qui, malgré un début de saison catastrophique, a toujours ses chances en Copa do Brasil.

Avant centre : Fred (Fluminense/1983)

Véritable légende de Fluminense, Fred est un des meilleurs buteurs du football mondial encore en activité et l’un des meilleurs buteurs de l’histoire du football brésilien. Il est le meilleur buteur de l’histoire du championnat brésilien (depuis que ce dernier est passé en matchs aller et retour en 2003) et le troisième meilleur buteur de l’histoire de la compétition avec plus de 150 buts. Aussi, il est le meilleur buteur de la compétition à trois reprises (2012, 2014 et 2016), un record partagé avec Romário, Túlio et Dadá. Il est également le deuxième meilleur buteur de l’histoire de la Coupe du Brésil, avec 35 buts, et a établi un record de buts marqués dans une seule édition de la compétition avec 15 buts.

Vous en voulez plus ? Il est le troisième meilleur buteur brésilien dans l’histoire de la Copa Libertadores (23 buts, série en cours). Bref, vous l’aurez compris, Fred est un véritable renard des surfaces, c’est pourquoi il a sa place en pointe de notre attaque.

Comme les chiffres le montrent, Fred a passé le plus clair de sa carrière au Brésil. En Europe, il n’a évolué que dans un seul club, et c’était en France du côté de l’Olympique Lyonnais. Avec les Gones, il a remporté le championnat trois fois de suite (2005-06, 2006-07 et 2007-08) en plus de la Coupe de France en 2008. Originaire de la région de Minas Gerais, Fred a évolué dans les trois gros clubs de la région : América-MG, Cruzeiro et Atlético-MG. Mais c’est avec le Fluminense qu’il a acquis le statut de légende du club et c’est avec le club carioca qu’il continue de faire trembler les filets adverses.

Remplaçants

Rafinha (DD/Grêmio/1985), Geromel (DC/Grêmio/1985), Hernanes (MC/Sport/1985), Taison (MO/Internacional/1988), Willian (MO/Corinthians/1988), Eder (AC/São Paulo/1986), Diego Costa (AC/Atlético-MG/1988)

À lire aussi :

Crédits Photos : IMAGO

Le XI des vieux briscards du championnat brésilien
1 commentaire

1 commentaire

  1. Pingback: Brésil : La machine Atlético Mineiro

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En haut