Argentine

La famille Mac Allister : le football dans le sang

« Les Mexicains descendent des Aztèques, les Péruviens descendent des Incas et les Argentins descendent des bateaux. » C’est en ces mots que Jorge Luis Borges décrivait l’essence de la nation argentine. Une nation construite comme un conglomérat d’immigrés. Ces derniers, venus tenter leur chance en Amérique du Sud ont ramené avec eux leurs sports, dont le football. Parmi ces immigrés, une famille d’origine écossaise va retenir aujourd’hui notre attention : la famille Mac Allister.

LA VIEILLE GENERATION : LES FONDATIONS D’UNE LIGNÉE

Originaire du Fife, une région côtière de l’Est de l’Ecosse, la famille Mac Allister fait partie des vagues de migrants européens, italiens et espagnols mais aussi anglo-saxons qui vont venir peupler la jeune nation argentine à la fin du XIXème siècle. Ces derniers vont emmener dans leurs bagages un sport nouveau, le football. Encore à ses balbutiements en Europe, le football va trouver en Amérique du Sud une terre fertile pour prospérer. Parmi ces immigrés anglo-saxons, on retrouve d’ailleurs Alexander Watson Hutton, le père du football argentin. Ce professeur écossais va créer en 1893 l’AFA et fondera en 1898 l’Alumni Athletic Club, le premier géant du football argentin. Ainsi, à son image, de nombreux anglo-saxons vont, à leur échelle, diffuser le football.

Les Mac Allister sont de ceux-là. Il est difficile de déterminer l’itinéraire précis de cette famille depuis son arrivée en Argentine. Ce qu’on sait, c’est que c’est avec les frères Carlos et Patricio que ce nom est associé au football. Nés respectivement en 1966 et 1968 à Santa Rosa, dans la province de La Pampa, ils connaissent une enfance difficile et doivent endurer la mort de leur père alors qu’ils ont tous les deux moins de 10 ans. Seuls avec leur mère, ils surmontent cette épreuve grâce au football et effectuent une carrière professionnelle. Le plus jeune, Carlos, évolue notamment à Argentinos Juniors et à Boca. Mais chez los Xeneizes, Carlos Bilardo exige son départ du club. Il offre par la suite ses services de latéral gauche à Racing puis à Ferro Carril Oeste. De son côté, l’ainé Patricio tentera des expériences à l’internationale au Mexique et au Japon.

Les deux frères ne s’éternisent pas sur le rectangle vert. A l’issue de la saison 1998-99, à peine la trentaine passée, ils prennent leur retraite. Cependant, ils ne se retirent pas du milieu du football, loin de là. Dès 1998, ils créent ensemble une école de football. Pour s’en occuper, ils suivent des formations d’entraineurs de l’AFA et commencent à former des jeunes de la région. Pour cela, ils investissent dans une parcelle de 4 hectares à la sortie de Santa Rosa. Le terrain est alors en terre battue et un équipementier avec lequel Carlos avait un contrat leur fournit des maillots. Devant le succès rencontré, ils transforment leur école de football en un club : le Club Deportivo Mac Allister. Le début d’une belle histoire.

Carlos et Patricio Mac Allister tout sourires aux cotés de Mario Kempes qui pose avec le maillot du Deportivo Mac Allister

LE CLUB DEPORTIVO MAC ALLISTER : UN MODÈLE DE FORMATION EN PROVINCE

Rapidement, la localisation géographique du club lui permet de revêtir une importance majeure. En pleine province de La Pampa et à plusieurs centaines de kilomètres de Buenos Aires, Mendoza, Córdoba et Rosario, le Depo n’a pas de concurrent direct et brasse les talents de tout l’interior. Ainsi, le club s’affirme vite comme l’un des plus importants de la ville en formant plusieurs joueurs qui rejoindront l’élite du football argentin. Franco Cángele, né en 1984, est parmi les premiers à réaliser le grand saut de La Pampa à la Primera División. Il fait carrière à Boca puis Independiente et passe quelques années en Turquie où il connaît ses meilleures saisons. Autre joueur formé dans le semillero pampeano, Alexis Blanco, de 4 ans le benjamin de Cángele, fait lui carrière dans les secondes divisions sud-américaines. Ces exemples montrent que dès ses premières années, le club forme des joueurs taillés pour le haut niveau.

Cette capacité à former des joueurs prêts pour évoluer en première division fait du Deportivo Mac Allister un club locomotive de la formation dans la province. Depuis des années maintenant, le club propose régulièrement des formations pour les éducateurs et les dirigeants de la région. L’objectif fixé est de créer une véritable dynamique de développement de la formation de jeunes. Une dynamique dont le club de Santa Rosa est le premier à profiter en attirant les joueurs formés ailleurs dans la région, avant de leur faire passer des journées de détection sous les yeux des recruteurs des grands clubs de Buenos Aires et de clubs européens. Parfois même, ces jeunes sont emmenés directement jusqu’en Europe où les catégories inférieures du club participent à des tournois pour se frotter aux jeunes pousses du Real Madrid ou du RB Salzburg.

L’attractivité du Depo se traduit aussi par des installations toujours plus modernes. La parcelle de terre battue originelle a été remplacée par deux terrains principaux, un en gazon naturel, l’autre en gazon synthétique. Ce dernier fait la fierté de Carlos et Patricio qui offrent ainsi un terrain de jeu idéal à leurs protégés. Le Depo possède aussi cinq autres terrains de plus petites tailles pour les entrainements, un gymnase, un réfectoire, des bureaux ainsi qu’une tribune qui peut accueillir jusqu’à 700 personnes. Pendant des années, le club s’est développé sereinement et de manière constante, et les effets de ce développement se font ressentir.

Toutes ces installations dignes d’un club de football de haut niveau permettent au Deportivo Mac Allister de franchir un cap. En conséquence, ces dernières années, le Depo a formé l’un de ses plus grands talents en la personne de Nicolás Capaldo. Natif de Santa Rosa, le club des frères Mac Allister le repère rapidement et le forme. Par la suite, il est surclassé dans chaque catégorie et commence en équipe première à 15 ans. Après deux années en équipe première, il signe pour Boca à 17 ans avant de rejoindre Salzburg.

On retrouve dans ce parcours plein de précocité l’un des éléments clefs dans la formation du Depo : sa localisation. Dans la province de La Pampa, le niveau est moins élevé qu’à Buenos Aires par exemple. Cela permet aux jeunes de débuter rapidement en équipe première pour se confronter à des adversaires plus âgés. Ils apprennent au contact de joueurs expérimentés et affrontent des adversaires parfois deux fois plus âgés. Ainsi, ils arrivent plus rapidement à maturité qu’un jeune qui continuerait à jouer contre des adversaires de son âge. Capaldo, lui, s’est imposé à 21 ans seulement à Boca. Aujourd’hui, il est un titulaire régulier au RB Salzburg et a disputé 7 matchs de Ligue des Champions. Mais s’il est une grande réussite du Depo, il y a trois autres joueurs dont le club est particulièrement fier. Et pour cause, ils y ont passé leur enfance avant de prendre leur envol. Il s’agit des fils de Carlos Mac Allister : Francis, Kevin et Alexis.

LES TROIS FRÈRES

Nés respectivement en 1995, 1997 et 1998, les fils de Carlos constituent l’une des rares fratries de trois dans le football de haut niveau. Sans surprise ils débutent dès leur plus jeune âge dans le club de leur père et de leur oncle. Le club les surclasse dans chaque catégorie en raison de leur potentiel évident. Leur talent est tel que dès 2016, Argentinos Juniors, ancien club de leur père, les signe tous les trois. Ils ont alors 21, 19 et 18 ans et quittent Santa Rosa pour rallier La Paternal à Buenos Aires. Au cours de cette même année 2016, tous les trois connaissent leurs débuts pour El Bicho. Ils sont même alignés ensemble à plusieurs reprises. Un accomplissement notable pour les trois frères certainement inspirés par l’histoire des trois frères qui jouèrent ensemble au Real Madrid que leur racontait leur père Carlos.

De gauche à droite et dans l’ordre de naissance : Francis, Kevin et Alexis Mac Allister

Par la suite ils connaissent des fortunes diverses. L’aîné Francis Mac Allister part en prêt à Boca Unidos dans les divisions inférieures du football argentin avant de rejoindre le Club Atlético Talleres de Córdoba en 2020. Alexis, le plus jeune et le plus talentueux signe pour Brighton et connaît un prêt à Boca avant de faire ses premiers pas en Premier League. Finalement, Kevin est toujours sous contrat avec Argentinos Juniors malgré un court prêt à Boca Juniors (cf photo ci-dessus). Leurs routes se sont séparées et leurs carrières prendront certainement des tournures très différentes. Cependant, une chose est sûre. C’est dans le club de leur père qu’ils souhaitent se retirer tous les trois avant d’y occuper d’autres rôles.

De leurs propres aveux, ce sont des enfants du Deportivo Mac Allister, des héritiers de sa vision familiale du football. Depuis leur enfance, ce club rythme leur quotidien et celui de leur famille. Pour chaque trêve, quand Alexis n’est pas convoqué en sélection, ils retournent tous à Santa Rosa. Ils y passent toutes leurs vacances et en profitent pour rencontrer les jeunes joueurs et joueuses du club. Pour leur montrer qu’avec du travail on peut réussir dans le football, même en venant de La Pampa, grâce au Deportivo Mac Allister.

Crédits photos : Mario Quinteros, Olé, clubmacallister.com

La famille Mac Allister : le football dans le sang
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En haut