Afrique

Kasi Flava, l’art du dribble

Vous avez peut-être eu l’occasion de regarder sur YouTube des vidéos de joueurs sud-africains qui éliminent leurs adversaires sans remords avec des dribbles spectaculaires. Nous avons discuté avec Puso Nage, entraîneur du Soweto Stars FC, du Kasi Flava. Plus qu’un style de dribble, c’est une culture en Afrique du Sud. Explications.

Thabo Rakhale, milieu du Chippa United s’est démarqué en Europe pour son talent de dribbleur. L’ancien du Orlando Pirates est connu pour être l’une des figures du Kasi Flava. Il représente l’art du dribble qui peut être perçu comme inutile pour certains, ou au contraire essentiel au football pour d’autres. Ses exploits balle au pied avaient traversé les continents en 2016, et ont attiré l’attention d’un journaliste anglais du Mirror qui qualifia ses dribbles de « merveilleuse démonstration inutile d’absurdités ». Cette critique passera mal en Afrique du Sud, car le Kasi Flava est une tradition qui ravie les supporters. L’article du Mirror va entraîner une vague de solidarité pour Rakhale. En témoigne une lettre des fans du club ennemi, le Kaizer Chiefs, qui lui demandèrent de ne pas « arrêter la magie ». Le magazine sud-africain Kick Off ne passa pas par quatre chemins pour exprimer son désaccord avec le journaliste anglais : « Visitez notre pays un jour et découvrez notre football (…) Cela enlèvera probablement cette ignorance et cette naïveté prétendues dans vos articles ».

Le Kasi Flava est pratiqué sur tous les terrains de foot en Afrique du Sud, des amateurs aux professionnels. C’est le cas dans le club du Soweto Stars FC, fervent défenseur de ce style de jeu né en Afrique du Sud. Pour son manager, Puso Nage : « Ces choses ont toujours existé à partir du 18e siècle et elles n’étaient pas aussi commerciales qu’actuellement. C’est une culture que nous avons rencontrée avec notre religion. ». Pendant un match le dribble est aussi important que le but. Loin de manquer de respect aux adversaires, les joueurs expriment leur jeu sur le terrain pour le plus grand plaisir des supporters venus assister au match. « Il s’agit d’intégrer le Kasi Flava dans la partie et de gagner le match, ce n’est pas seulement le spectacle. Les gens se concentrent uniquement sur le dribble, mais cela vient après que nous marquions ».

Le Soweto Stars FC a été créé en 2009 avec l’ambition de mettre de l’avant ce style de jeu, cher aux sud-africains. Chaque match est une opportunité pour les joueurs de Soweto de mettre en valeur le Kasi Flava devant une foule de spectateurs venue pour les buts, mais aussi le beau jeu : « Nous nous exprimons avec le Kasi Flava pour intimider l’adversaire afin que nous puissions gagner de la confiance et avoir les fans de notre côté, explique Puso Nage. Lorsque les fans nous supportent quand nous avons le ballon la confiance augmente. Vous devenez plus énergique, vous avez plus de chances de passer votre adversaire et de marquer un but. ».

En juin 2019, le Soweto Stars FC affrontait l’AS Velasca

Le club porte des valeurs sociales importantes à Soweto. A l’origine, les deux fondateurs – Zola et Zuko Manqina – ont voulu permettre aux jeunes de trouver une alternative à la criminalité qui frappe durement le quartier. En l’absence d’une politique d’accompagnement efficace de la jeunesse par l’Etat sud-africain à Soweto, le club veut permettre aux jeunes de sortir de la tentation de la drogue et la criminalité à travers le football. Le manager du Soweto Stars FC rappelle qu’il y a « beaucoup d’enfants impliqués dans de mauvaises actions. Avec le club nous pouvons les distraire pour qu’ils ne cèdent pas au crime, … Nous avons soutenu ces garçons et nous leur avons donné les bons outils. Nous sommes avec eux pour qu’ils puissent faire des bonnes choses. ». L’initiative a rencontré un franc succès puisque le club ne cesse de se développer. Après la signature d’un partenariat avec l’équipementier français Le Coq Sportif, Puso Nage et ses joueurs ont pu disputer un match amical contre le club italien de l’AS Velasca en juin 2019.

Mais le Kasi Flava est omniprésent dans la politique du club. Comme le soutient son manager, cette culture du jeu permet à des jeunes de prendre confiance en eux et de s’épanouir avec le football. « Dès qu’ils sont capables de taper dans un ballon et faire un dribble ils gagnent en confiance. Cela incite beaucoup de jeunes à faire ce qu’ils aiment. ».

La culture du football en Afrique du Sud remonte à loin, tout comme le Kasi Flava. Plus que de simples dribbles, c’est véritablement l’identité du football sud-africain qui s’exprime au travers du Kasi Flava.

Crédits : Tom Brandhorst / Youtube / Bala Sport

Kasi Flava, l’art du dribble
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut