Afrique

CAN 2021 : Un Malawi tout feu tous Flammes !

Pour sa troisième participation à la CAN, après 1984 et 2010, le Malawi fait figure de petit poucet de la poule B. De retour dans la compétition après 12 ans d’absence, les Flammes affronteront l’un des favoris. Les hommes de Mario Marinica sont dans la poule du Sénégal, du Zimbabwe et de la Guinée. Ils miseront sur leur collectif pour s’immiscer en huitièmes de finale.

Il est coutume de dire que tout va très vite dans le football. Petit pays d’Afrique australe coincé entre le Mozambique, la Tanzanie et la Zambie, le Malawi a pu en être témoin ces derniers mois. Tout allait en effet pour le mieux, le 29 mars dernier pour Meke Mwase et ses hommes. Qualifiés pour la troisième fois de leur histoire à la CAN, ils venaient de battre l’Ouganda (1-0), grâce à Richard Mbulu, et terminaient deuxièmes de leur groupe derrière le Burkina Faso sans subir de défaite à domicile. Les Flammes brillaient alors de mille feux et faisaient la fierté du pays. Mais les espoirs suscités par cette performance n’ont finalement pas fait long feu.

Un petit poucet en mauvais état de forme

LE RÊVE DU MONDIAL S’ENVOLE

Les espoirs malawiens se sont en effet très vite envolés. D’abord en déchantant lors des phases de qualification au Mondial 2022. Dans un groupe difficile avec le Cameroun et la Côte d’Ivoire, le 129e au classement FIFA n’a pas réalisé de miracle. Le Malawi a terminé dernier de sa poule derrière le Mozambique, avec trois petits points en six matchs et une amère différence de buts de -10 au compteur.

À la lumière de ses résultats, les dirigeants du football malawien ont décidé de retirer son poste à Meke Mwase, qui pourrait cependant le retrouver après la compétition. Ils ont jugé que le technicien n’avait pas le bagage technique et tactique pour mener ses troupes pour la compétition à venir. En attendant, il est devenu l’assistant du nouvel entraîneur, Mario Marinica, arrivé opportunément en novembre, qui aura la tâche de qualifier la sélection pour les huitièmes.

En octobre dernier, les Flammes n’avaient rien pu faire face aux Eléphants ivoiriens (3-0)

DES FINANCES FRAGILES

Les problèmes sportifs ne sont pas les seules préoccupations de la FAM (Football Association of Malawi). Le Malawi est l’un des pays les plus pauvres du monde, et le budget de la Fédération est en grande partie alimenté par la générosité des sponsors et des donateurs.

Le stage de préparation en Arabie Saoudite par exemple, où le sélectionneur a pu emmener jusqu’à 46 joueurs. Il a été entièrement payé par son hôte, qui participera aussi aux frais engagés pour la CAN. Cela n’a pas empêché la Fédération d’annoncer qu’il pourrait manquer 154 millions de Kwacha (environ 160 000€) à son budget prévisionnel de 525 millions pour pouvoir participer à la compétition.

Des fonds destinés en grande partie à payer les primes de matches et divers bonus, comme l’a expliqué Walter Nyamilandu, le président de la Fédération. Ce qui pourrait créer des tensions. Chaque joueur des Flammes du Malawi devrait toucher 540€ de prime par match gagné, et ils espéraient négocier une augmentation de 170€, selon un article du journal “The Nation”.

Pour sa troisième participation à la CAN, le Malawi s’avance dans la peau du bon dernier de ce groupe B. Néanmoins, malgré des pronostics qui semblent jouer contre eux, les objectifs de la Fédération et du coach restent élevés.

UN GROUPE ET UN STYLE EN RECONSTRUCTION

Titulaire d’une Licence Pro FIFA, doté d’une grande expérience sur les continents africain et européen, le Roumain Marinica doit apporter son expertise technique et tactique à un groupe qui manque de joueurs rodés au très haut niveau. Il a donc brassé large et effectué une grande revue d’effectif jusqu’au stage en Arabie Saoudite, pour aboutir aux 28 qui voyageront au Cameroun.

S’il a d’abord fait polémique en expliquant que les joueurs de l’équipe nationale étaient trop petits à certains postes clés, il est resté fidèle à ses idées. Notamment au poste de gardien, où le novice Charles Thom entre dans le groupe après avoir impressionné en Airtel 8. En défense aussi, où Lawrence Chaziya (CIVO Sporting), novice lui aussi, sera le plus grand joueur de l’effectif, et est logiquement considéré, donc, comme un très bon joueur de tête. Le reste du groupe est composé d’un mélange de joueurs issus du championnat local et de joueurs évoluant à l’étranger.

En défense, le capitaine et leader Limbikani Mzava (AmaZulu) est bien présent, comme le latéral Stainley Sanudi (Be Forward Wanderers). Défenseur dans son club du Sheriff Tiraspol, Charles Petro sera utilisé au milieu par son coach. Très jeune, il est l’un des rares joueurs des Flammes à évoluer en Europe et représente l’avenir de la sélection en compagnie de Peter Banda (Simba SC, Tanzanie), qui évolue plus haut sur le terrain et qu’il a côtoyé en Moldavie.

Devant, les inamovibles Richard Mbulu (Baroka FC) et Ghabadinho Mhango (Orlando Pirates) seront du voyage. Pour les alimenter, ils pourront compter sur Chimwemwe Idana (Nyasa Big Bullets), élu meilleur joueur de la saison en Super League, John Banda (UD Songo) et l’une des seules surprises des 28 : Zebron Kalima (Silver Strikers).

On notera toutefois l’absence d’Hassan Kajoke, qui venait de terminer la saison meilleur buteur de la Super League avec le champion Nyasa Big Bullets. Celle de Nickson Mwase (NBB), élu meilleur défenseur de la saison, a aussi pu surprendre. Présent dans la liste de réserve, alors qu’il était tout de même le meilleur buteur des qualifications pour le Malawi, Gerald Phiri Junior a fait volte-face et a décidé de mettre un terme à sa carrière internationale.

UNE IDENTITÉ DE JEU à TRAVAILLER

On sait peu de choses du style mis en place par le Malawi pour la compétition. Toutefois, les propos du nouveau sélectionneur laissent présager un football basé sur la vitesse, le physique et l’organisation défensive.

Sur le site de la Fédération, Mario Marinica explique vouloir “jouer vite et très rapidement, penser vite, agir vite, et bouger vite”. En somme, “être bien préparés et organisés“. Les joueurs sélectionnés pourraient donc pratiquer un jeu de transition, en cherchant à conserver un bloc solide capable de s’adapter à ses adversaires.

Dans sa quête de succès, le Roumain sera donc accompagné de l’ancien sélectionneur. Il a aussi bénéficié du recrutement d’un spécialiste de la data pour analyser les forces et faiblesses de ses concurrents. Un psychologue du sport est également venu renforcer son équipe afin d’améliorer la préparation mentale et les performances du groupe.

Le Malawi de Mario Marinica pourrait proposer un XI avec des surprises à la CAN

LE JOUEUR A SUIVRE

Les joueurs à suivre de cette sélection sont nombreux, mais l’attaquant Gabadinho Mhango, des Orlando Pirates en Afrique du Sud, est la star de l’équipe. Il a été Soulier d’Or en 2019/2020 mais a connu quelques soucis extra sportifs cette saison.

Élément essentiel de l’équipe, il a marqué et délivré une passe décisive pour le premier match de préparation contre les Comores (pour une victoire 2-1), un jour après avoir rejoint la sélection à Jeddah. Sa capacité à se montrer efficace devant le but avec peu de munitions sera déterminante pour permettre au Malawi de se qualifier en huitièmes. Superbe élément de collectif, il se montre aussi très précieux dans un rôle de pivot. Mhango a les qualités intellectuelles et techniques pour lancer ses coéquipiers dans la profondeur et participer au mieux à la création du jeu. C’est d’ailleurs ce qui en fait l’un des meilleurs joueurs du championnat sud-africain.

Gabadinho Mhango sera le fer de lance du Malawi lors de cette CAN 2021

GROUPE ET OBJECTIFS

Dans ce groupe B, le Sénégal fait figure de grand favori. Finalistes malheureux en 2019, les Lions de la Teranga auront à cœur de remporter cette 33e CAN. Avec leur effectif, les coéquipiers de Sadio Mané devraient pouvoir s’attribuer la première place en faisant preuve de sérieux. Derrière, le groupe est plus ouvert. La lutte pour la deuxième place pourrait se décider dès les deux premières journées pour le Malawi.

Les Flammes débuteront leur tournoi face à la Guinée le 10 janvier, au Kouekong Stadium de Bafoussam City. Une équipe en reconstruction qui n’a pas encore trouvé son identité et n’offre que peu de garanties dans le jeu. Le Malawi affrontera ensuite les Warriors du Zimbabwe, le 14 janvier, dans ce même stade. Une équipe solide et physique, tout aussi déterminée à se qualifier.

La Malawi terminera cette phase de poule par un sommet contre le Sénégal, le 18 janvier. Les deux premières rencontres seront donc essentielles. S’ils peuvent également miser sur une qualification parmi les meilleurs troisièmes, les hommes de Mario Marinica visent ouvertement la deuxième place du groupe et une place en huitièmes.

Pour sa troisième participation à la CAN, le Malawi fait figure d’équipe mineure de cette poule B. Les coéquipiers de Gabadinho devront retrouver la force collective et l’efficacité offensive qui leur ont permis de se qualifier. Et ce tout en s’adaptant aux principes de leur nouvel entraîneur.

Crédits photos : CAF / Getty Images

CAN 2021 : Un Malawi tout feu tous Flammes !
Cliquez pour commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

En haut