Afrique

CAN 2021 : Une Guinée en pleine transition

Cap sur la Guinée. Le 10 janvier, le Syli national disputera son premier match dans cette CAN 2021. Emmenée par son nouveau sélectionneur et ancien international Kaba Diawara, la Guinée aura à cœur de briller en terre camerounaise.

Revenons tout d’abord sur le parcours de la Guinée lors des qualifications. En 2019, le français Didier Six est désigné sélectionneur, avec pour principal but de qualifier le Syli national pour la CAN 2021. Pour cela, il faut se défaire du Mali, de la Namibie et du Tchad. Six peut alors s’appuyer sur un vivier de joueurs évoluant en Europe assez conséquent. En effet, des cadres comme François Kamano, Naby Keita, Issiaga Sylla ou encore Florentin Pogba composent l’effectif guinéen.

14 novembre 2019 : la Guinée dispute son premier match au Mali et arrache le nul 2-2 après avoir été menée 2-0. Trois jours plus tard, au tour de la Namibie, à Conakry. Issiaga Sylla et José Kante permettent au Syli de s’imposer 2-0. Le retour à la compétition ne se fait que le 11 novembre 2020, face au Tchad. La victoire est impérative face à cette nation hiérarchiquement plus faible. Mady Camara, pensionnaire de l’Olympiakos, offre la victoire à la Guinée qui conserve la première place du groupe à la fin de la phase aller.

Quatre jours plus tard, premier accroc pour les Guinéens. Les hommes de Didier Six concèdent le nul (1-1) et la première place au Mali. C’est justement contre leur adversaire direct que les Guinéens vont l’emporter grâce à Seydouba. Ce but précieux inscrit en fin de match offre alors la qualification pour la CAN 2021. Pour être tête de série lors du tirage au sort des poules, la victoire en Namibie reste néanmoins impérative. Une défaite sur le score de 2 but à 1 va finalement reléguer les Guinéens à la second place du groupe.

L’histoire du Syli national

Les premiers exploits

Alors que la Guinée obtient son indépendance de la France en 1958, la Féguifoot est fondée deux ans plus tard. Le premier match officiel de la Guinée se joue donc en 1960, à Lagos contre le Nigéria. Un match qui se solde par une défaite guinéenne sur le score de 4 à 1. Il faut attendre 1970 pour voir la Guinée disputer sa première CAN.

C’est six années plus tard, en Éthiopie, que la sélection réalise son meilleur parcours. Rappelons que le système était différent à l’époque. Après le premier tour, les 2 premiers des deux poules existantes devaient s’affronter à 4 dans une poule unique. Durant les six matchs disputés à Addis-Abeba, le Syli national avait toujours aligné quatre attaquants, dont deux purs ailiers, pour attaquer en nombre.

Ce système, la Guinée ne l’abandonna pas en finale, même après l’ouverture de score de Chérif Souleymane. Une prise de risque qui ne s’avéra pas payante puisque, contre le cours du jeu, le Maroc égalise sur un contre éclair conclu par Baba à la 86e minute ! Un coup dur pour la Guinée qui se devait de l’emporter pour être championne d’Afrique. Le public éthiopien, lui, n’avait d’yeux que pour les footballeurs du Syli national. Toutefois, si le porte-drapeau de l’offensive en Afrique n’a jamais obtenu le Graal, c’est du fait qu’il ne soit pas encore parvenu à surmonter tous les obstacles mis en travers de sa route. À commencer par ses propres insuffisances, déjà.

Des performances en dents de scie (1976-2008)

De 1976 à 2002, la Guinée ne s’est qualifiée pour la phase finale de la CAN que 3 fois sur un total de 13 éditions. Ces trois participations se soldant toutes par une élimination dès le premier tour. De même, durant ces 26 années, douze sélectionneurs se sont succédés sur le banc de la Guinée. Des chiffres qui montrent que le Syli national a longtemps peiné à exister sur le continent africain. Cette traversée du désert va néanmoins prendre fin après 2002. L’arrivée de Michel Dussuyer à la tête de la sélection, et l’émergence de joueurs comme Pascal Feindouno et Ismaël Bangoura, sera salvatrice.

À la CAN 2004, l’équipe de Guinée réussit à atteindre les quarts de finale, avant d’être défaite par le Mali (1-2). En 2006, le Syli emmené par Patrice Neveu, bénéficie d’un groupe relevé contenant notamment le champion en titre. Mais les Guinéens étonnent en battant l’Afrique du Sud et la Tunisie pour finir premiers du groupe. Malheureusement, les hommes de Neveu chutent lors des quarts malgré un bon match face au Sénégal (2-3). Avec 9 buts inscrits en quatre matches, la Guinée séduit grâce à son jeu toujours porté sur l’offensive. À la CAN 2008, le Syli est battu d’entrée par le Ghana, mais finit tout de même seconde du groupe. Cependant toujours bloquée au stade des quarts, la Guinée connaît la plus large défaite de son histoire contre la Côte d’Ivoire (5-0).

Renouveau et transition depuis 2018

CAN 2019

Après une longue traversée du désert de 2008 à 2015, une crise éclate au sein de la Féguifoot en 2017. Cette dernière oblige alors la FIFA à la dissoudre. Le renouveau doit donc s’opérer, et c’est le 2 mars 2018 que le Belge Paul Put est nommé à la tête du Syli national. Il a pour objectif d’assurer la transition et le renouveau au sein de la sélection, redynamisée par plusieurs jeunes joueurs. Parmi eux, on retrouve Amadou Diawara, Mady Camara, Ibrahima Cissé, Aguibou Camara et Mohamed Bayo. Un nouveau souffle pour le Syli national.

Lors des qualifications à la CAN 2019, la Guinée évolue dans le groupe H, dans lequel elle termine en tête de sa poule devant la Côte d’Ivoire. Cependant, l’histoire est toute autre lors de la CAN en Egypte. Le Syli déçoit et finit parmi les 4 meilleurs troisièmes de groupe. Les conséquences sont lourdes, puisque cette troisième place oblige la Guinée à affronter un premier de groupe en huitièmes de finale. C’est l’ogre algérien, futur vainqueur de la compétition, qui se dresse sur leur route et s’impose facilement 3-0.

Il existe cependant des motifs d’espoir pour l’avenir. Avec un groupe assez homogène, la moyenne d’âge de l’équipe se situe autour des 25 ans. En somme, le Syli national possède une bonne marge de progression pour les années à venir, avec en point d’orgue la CAN 2025, à domicile. La sélection peut également profiter de la présence de cadres comme Issiaga Sylla, Florentin Pogba, ou encore Naby Keita.

Place à la CAN 2021 avec Kaba Diawara

Didier Six arrive en 2019 avec l’objectif de se qualifier pour la CAN 2021, et jouer les premiers rôles lors du tour préliminaire de la CDM 2022. Alors que pour Six le premier objectif est rempli, il échoue pour le second. Après seulement quatre matchs, la Guinée est ainsi d’ores et déjà hors course pour le Mondial, avec trois nuls et une défaite. Kaba Diawara et Mandjou Diallo (adjoints) assurent alors l’intérim. Le premier garde finalement son poste et sera celui qui mènera l’équipe lors de la CAN.

Kaba Diawara sous les couleurs de West Ham United

La nouvelle ayant été officialisée récemment par la Féguifoot, c’est donc logiquement que Kaba Diawara a commencé à rencontrer plusieurs binationaux, à l’image de Lamarana Diallo (Grenoble Foot 38). Autre information importante pour la Guinée, l’éligibilité d’Ilaix Moriba Kourouma pour la CAN 2021, qui a choisi de représenter son pays natal et qui sera bel et bien du voyage au Cameroun. Assurément un renfort intéressant et non négligeable pour la Guinée.

La liste des 27

Deux grosses surprises composent la liste guinéenne : les non-sélections de Mady Camara et François Kamano. Il semblerait que les deux joueurs n’aient pas répondu favorablement à leur dernière convocation pour cause de blessure, tandis qu’ils ont ensuite joué avec leurs clubs respectifs. Cela va de même pour Simon Falette qui, malgré un temps de jeu récemment retrouvé avec Hatayspor, fait aussi les frais des choix forts de Diawara.

Dans le sens inverse, le défenseur et ancien international espoirs français, Antoine Conté (Universitatea Craiova), est appelé avec Lamarana Diallo (Grenoble), sénégalais récemment naturalisé, et Mory Konaté (Saint-Trond). Aux côtés des cadres Naby Keita, Florentin Pogba et Issiaga Sylla, le gardien Moussa Camara et le meneur de jeu Morlaye Sylla permettront aux locaux d’être représentés.

Plan de jeu

Le système de jeu privilégié par le Syli national depuis plusieurs années est un 4-3-3 classique. Une animation portée sur l’offensive, avec des transitions rapides. Un jeu fait de dédoublements, de percussions sur les ailes, et une recherche constante de l’attaquant à travers des centres. Cependant, ce système à double tranchant requiert une solidité défensive et une bonne capacité physique pour assurer les transitions défensives.

C’est à ce niveau que doit se situer la majeure partie du travail de Kaba Diawara lors du stage de préparation d’avant-CAN. La Guinée encaisse aujourd’hui trop de buts, comme en témoignent les deux rencontres récentes face au Maroc. “Il y a du potentiel sur les trois lignes, mais on n’arrive pas à construire une équipe. Nous avons beaucoup de bonnes individualités mais pas d’équipe assez solide. De plus, le physique ne tient pas sur 90 minutes. On joue à fond sur une mi-temps et puis plus rien en deuxième. Le défi physique n’est jamais relevé.” (EFG, spécialiste du football guinéen).

Les satisfactions se situent surtout en attaque et au milieu de terrain. Fraichement appelé, Mohamed Bayo a inscrit deux buts et délivré une passe en quatre sélections. François Kamano¹ tempère : “On a une équipe en reconstruction. Il faut d’abord en finir avec cette histoire de sélectionneur (le cas Didier Six est aujourd’hui réglé, ndlr) et puis faire une bonne préparation. Bayo réalise de bonnes performances, le petit Aguibou [Camara] aussi.

Le onze probable de la Guinée pour la CAN

Le joueur à suivre

Direction Le Pirée et plus précisément l’Olympiakos. On y retrouve un jeune joueur de 20 ans passé par le nord de la France deux ans plus tôt, au Lille OSC. Le temps d’un match de Coupe de France, Aguibou Camara n’a même pas le temps de fouler la pelouse de Pierre Mauroy. Joueur de poche (1m67), il possède un centre de gravité bas qui lui permet des changements d’appuis rapides, favorisant sa capacité d’élimination. Doté également d’une bonne vision du jeu, il est capable de délivrer des passes tranchantes vers l’avant.

Aguibou Camara sous les couleurs de l’Olympiakos

En Grèce, Pedro Martins a fait de lui un pion essentiel en le plaçant en tant que numéro 10. Le moins que l’on puisse dire c’est que le joueur formé à l’Éléphant de Coléah le lui rend bien. Auteur de 4 buts et 3 passes décisives en 13 matchs, il régale les supporters dans son duo avec Youssef El-Arabi, et mène l’Olympiakos droit vers le titre avec déjà 38 points pris sur 42 possibles. En sélection, il a dernièrement été utilisé en tant qu’ailier. On peut donc légitimement se demander si Kaba Diawara osera changer de système pour lui donner les clefs du jeu offensif guinéen.

Groupe et objectifs

La Guinée a hérité du groupe B en compagnie du Malawi, du Sénégal et du Zimbabwe. Pour bien débuter cette CAN, le Syli devra démarrer par une victoire face au Malawi, nation la plus “faible” du groupe. Le deuxième match, plus compliqué, sera face au Sénégal de Sadio Mané. S’il ne sera finalement pas de l’aventure, François Kamano le sait bien. “Il ne faut pas se voiler la face, le Sénégal est en place, donc ce sera compliqué pour la première place, nous déclare-t-il. Il faudra jouer chaque match à fond pour ne pas avoir de regrets“. À fond, il faudra l’être pour le dernier match face au Zimbabwe. Cette rencontre pourrait avoir des allures de finale pour la deuxième place du groupe si la hiérarchie est respectée.

Et si qualification au second tour il y avait, Kamano met ses compatriotes en garde, par expérience. “En 2019 on était en confiance, dans un confort qui nous a déstabilisé. Il faudra se parler, se faire confiance, ne pas vouloir se montrer et se concentrer uniquement sur la sélection“. Bien que beaucoup de joueurs disputeront leur première compétition continentale, les anciens comme Kamano semblent avoir appris de leurs erreurs passées. Une expérience qu’ils se devront de transmettre rapidement aux jeunes pour ne pas avoir de mauvaise surprise. Le stage de préparation sera crucial pour Kaba Diawara et ses joueurs. Une chose est sûre, il faudra suivre la Guinée et son jeu offensif, pour ce qui pourrait être l’une des équipes sensation de cette édition 2021.

Note 1 : Les propos de François Kamano ont été recueillis avant la publication de la liste guinéenne.

Merci à Espace Foot Guinée (@espacefootguinee) et François Kamano pour leur disponibilité.

Crédits photos : Getty Images, AFP

CAN 2021 : Une Guinée en pleine transition
1 commentaire

1 commentaire

  1. Pingback: CAN 2021 : Le Sénégal et ses Lions ont faim - Derniers Défenseurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

En haut